Manuscrit Kull’iyyāt d’Ubayd Zakoni et Gāzāll’iyyāt d’Hafez Sherozi (XIVe siècle)

Patrimoine documentaire soumis par le Tadjikistan et recommandé à l'inscription au Registre Mémoire du monde en 2003.

Il s’agit d’un manuscrit des plus rares (XIVe siècle), un éminent exemple de la littérature classique tadjike persane, qui est considéré comme l’une des réalisations extraordinaires du patrimoine culturel du monde. Le rôle du patrimoine spirituel de la littérature tadjike témoigne de la richesse de la littérature ancienne et moderne.

Ce n’est qu’au XVIe siècle que les Européens et les Américains occidentaux ont pris connaissance de cette littérature, tandis que les peuples orientaux (Indiens, Arméniens, Géorgiens et Turcs) la connaissaient dès le tout début.

Ce manuscrit de combinaison unique est composé de deux parties : les œuvres complètes (« Kull’iyyāt ») de Ubāyād Zakoni (le célèbre écrivain tadjike persan) et la collection de poèmes, les « Gāzāll’iyyāt », du poète bien connu, Hāfiz de Chīrāz (celui qui connaît le Coran par cœur). Ceci est la version du manuscrit de Ubāyād Zakoni et de Hāfiz de Chīrāz la plus ancienne du monde. Unique en son genre, elle a été récrite seulement 35 ans après la mort de Ubāyād Zakoni et neuf ans après la mort de Hāfiz de Chīrāz. Le manuscrit est d’une conception spéciale, les poèmes de Hāfiz étant inscrits autour du texte de Ubāyād Zakoni.

Retour en haut de la page