Statuts

Le Prix promeut les objectifs du Programme ‘Mémoire du monde’. Ces Statuts ont été adoptés par le Conseil exécutif lors de sa 169ème session, avril 2004, et révisés en 2009.

1. But 

Le Prix UNESCO/Jikji Mémoire du monde est destiné à commémorer l'inscription au Registre de la Mémoire du monde du Buljo jikji simche yojeol, le plus ancien livre connu comme ayant été imprimé à l'aide de caractères métalliques mobiles, et à récompenser les efforts visant à contribuer à la préservation et à l’accessibilité du patrimoine documentaire, en tant que patrimoine commun de l'humanité. Le but de ce prix est conforme aux orientations de l'UNESCO et se rattache au programme de l'Organisation qui vise à favoriser l’accès universel à l’information et au savoir. 

2. Dénomination, montant et périodicité du prix

  • Le prix s'intitule « Prix UNESCO/Jikji Mémoire du monde ». 
  • Le prix est financé par la République de Corée dans le cadre de dispositions prises avec le Conseil municipal de la ville de Cheongju et consiste en un versement périodique de 39 550 dollars des États-Unis pour chaque exercice biennal de l'UNESCO, qui recouvre à la fois la valeur monétaire du prix, le coût de son administration et les frais généraux. Les intérêts éventuellement produits par cette somme s'ajouteront à la contribution générale. 
  • Tous les fonds reçus et les intérêts produits sont conservés sur un compte spécial rémunéré ouvert pour le prix (voir le Règlement financier à l'annexe I). 
  • Toutes les dépenses de personnel et tous les frais de fonctionnement/gestion du prix, y compris la totalité du coût de l'information du public, d'un montant estimatif de 5 000 dollars des États-Unis, sont intégralement pris en charge par la République de Corée. 
  • Le prix est décerné initialement pour cinq exercices biennaux. Le prix n’est pas divisible.

3. Conditions/critères applicables aux candidats 

Les candidats doivent avoir apporté une contribution importante à la préservation et à l’accessibilité du patrimoine documentaire. Le prix peut être décerné à une personne, une institution, une autre entité ou une organisation non gouvernementale. 

4. Désignation/choix du/des lauréat(s) 

Le lauréat est désigné par le Directeur général de l'UNESCO, sur recommandation du jury du Prix UNESCO/Jikji Mémoire du monde.

5. Jury

  • Le jury se compose de cinq membres du Bureau du Comité consultatif international du Programme Mémoire du monde, nommés par le Directeur général pour une période de quatre ans, renouvelable une fois, à condition que ces membres soient de nationalité et de sexe différents. Lorsque ce n’est pas possible, le jury se compose alors de cinq membres, indépendants, hommes et femmes, de nationalités différentes, nommés par le Directeur général, de préférence parmi les membres du Comité consultatif international susmentionné, pour une période de quatre ans renouvelable une seule fois. Il faut un quorum de trois membres pour que le jury puisse délibérer. En cas de conflit d'intérêts réel ou potentiel, un juré se récuse ou est prié par le Directeur général de le faire. 
  • Le Président du jury est le Président du Comité consultatif international du Programme Mémoire du monde. Les jurés ne sont pas rémunérés mais perçoivent une indemnité de voyage et de logement, le cas échéant. Afin de limiter les coûts, les réunions du jury se tiennent à l'occasion des réunions du Comité consultatif international du Programme Mémoire du monde et de son Bureau. 
  • Le jury conduit ses travaux et ses délibérations conformément aux présents Statuts et avec l'assistance d'un membre du Secrétariat de l'UNESCO, désigné par le Directeur général. Les décisions sont prises par consensus dans la mesure du possible ou à bulletin secret jusqu'à ce qu'une majorité simple se dégage. Un juré ne prend pas part au vote sur une candidature présentée par son pays. Les langues de travail du jury sont l'anglais et le français. 
  • Le jury et son groupe de travail se réunissent chaque année impaire. 
  • Le jury adresse au Directeur général de l’UNESCO une évaluation des candidatures, accompagnée de recommandations, après la fin de ses délibérations et au plus tard le 15 août de chaque année impaire.

6. Présentation des candidatures 

  • Une fois que l’UNESCO a reçu le financement du prix, comme indiqué à l’article 2 ci-dessus, le Directeur général de l’UNESCO invite officiellement les gouvernements des États membres, en consultation avec leur commission nationale, ainsi que les organisations non gouvernementales (ONG) internationales ayant des relations officielles avec l'Organisation, à présenter, avant le 31 décembre de chaque année paire, des candidatures au secrétariat du prix. Les activités des ONG doivent concerner la préservation et la conservation du patrimoine documentaire. 
  • Les candidatures sont proposées au Directeur général par les gouvernements des États membres, en consultation avec leur commission nationale, ou par des organisations non gouvernementales (ONG) internationales entretenant des relations formelles avec l'UNESCO. Chaque État membre ou ONG peut désigner trois candidats au maximum par exercice biennal. Nul ne peut présenter sa propre candidature spontanée. 
  • Chaque candidature doit être accompagnée d'une recommandation écrite comprenant notamment, en anglais ou en français : 
    (a) la description du profil et des réalisations du candidat ; 
    (b) le résumé des travaux ou les résultats des travaux, publications et autres documents pertinents ayant une importance majeure, soumis à l'attention du jury ; 
    (c) un examen de la façon dont les travaux présentés ont contribué à la préservation et à l’accessibilité du patrimoine documentaire.

7. Modalités d'attribution du prix 

  • Le Directeur général (ou son représentant) remet le prix lors d'une cérémonie officielle organisée à cet effet soit à Paris, soit à Cheongju (République de Corée) à l'occasion de la fête du Jikji, à compter de l'exercice biennal 2004-2005. L'UNESCO remet au lauréat un chèque correspondant au montant du prix, ainsi qu'un diplôme. Le Directeur général de l'UNESCO annonce officiellement le nom du lauréat. 
  • Si les travaux récompensés sont l'œuvre de deux ou trois personnes, le prix leur est décerné conjointement. Le montant d'un prix ne peut en aucun cas être partagé entre plus de trois personnes. 
  • Les travaux effectués par une personne entre-temps décédée ne sont pas pris en considération pour l'attribution du prix. En cas de décès d'un lauréat avant la remise du prix, celui-ci peut lui être décerné à titre posthume [il est remis à des membres de sa famille ou à une institution]. 
  • Si un lauréat refuse le prix, le jury soumet une nouvelle proposition au Directeur général.

8. Clause de caducité automatique - renouvellement obligatoire du prix 

  • À l'issue d'une période de six ans, le Directeur général de l'UNESCO, avec le donateur, examine tous les aspects du prix et décide de le maintenir ou de le supprimer. Il informe le Conseil exécutif de l'UNESCO des conclusions de cet examen. 
  • En cas de suppression du prix, le Directeur général décide de l'emploi de tout solde inutilisé, conformément au Règlement financier du prix.

9. Appel Il ne peut être fait appel de la décision de l'UNESCO concernant l'attribution du prix. 10. Amendements aux Statuts du prix Tout amendement aux présents Statuts doit être soumis au Conseil exécutif pour approbation.

 

Retour en haut de la page