2006 - May Chidiac, Liban

© UNESCO

Sur recommandation d’un jury international de professionnels des médias du monde entier, le Directeur général de l’UNESCO, Koïchiro Matsuura, a désigné aujourd’hui la journaliste libanaise May Chidiac lauréate 2006 du Prix mondial de la liberté de la presse UNESCO/Guillermo Cano.

Sur recommandation d’un jury international de professionnels des médias du monde entier, le Directeur général de l’UNESCO, Koïchiro Matsuura, a désigné aujourd’hui la journaliste libanaise May Chidiac lauréate 2006 du Prix mondial de la liberté de la presse UNESCO/Guillermo Cano. 

La présentatrice May Chidiac est une vedette incontestée du petit écran libanais. Ses journaux télévisés et ses émissions du dimanche – Naharkoum Saïd et Bonjour - sur LBC (Lebanese Broadcasting Corp) sont parmi les plus regardés. Cette popularité doit beaucoup à son professionnalisme mais aussi à son franc-parler dans un pays traumatisé par des années de guerre. Victime d’un attentat à la voiture piégée le 25 septembre 2005 à Beyrouth, la journaliste a été amputée de la main et de la jambe gauche. Cette tragédie a profondément ému l’opinion libanaise qui a vu en May Chidiac un symbole de la liberté d’expression. L’attentat dont elle a été victime ressemblait beaucoup à celui qui a coûté la vie, cinq mois plus tôt, au journaliste du quotidien An Nahar, Samir Kassir. Un autre attentat du même type a visé en décembre 2005 l’éditeur d’An-Nahar, Gebran Tueni. La candidature de May Chidiac a été présentée par le ministère libanais de la Culture.

 

 

Retour en haut de la page