Au-delà des chiffres : les histoires de journalistes persécutes partout dans le monde

L’UNESCO félicite le journal finlandais Ilta-Sanomat pour avoir publié les histoires de journalistes persécutes partout dans le monde.

Au-delà des chiffres : Ilta-Sanomat raconte les histoires de journalistes persécutes partout dans le monde.


A l'occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse (le 3 mai), l'UNESCO salue l'engagement du journal finlandais Ilta-Sanomat qui sensibilise à la sécurité des journalistes, alors que de nombreux professionnels des médias continuent à être persécutés, attaqués, voire tués chaque année pour avoir informé le public.

Afin de soutenir les efforts du journal, l'UNESCO a traduit dans les six langues officielles des Nations Unies un échantillon d'articles figurant parmi les quatre-vingt publiés par Ilta-Sanomat au sujet de la sécurité des journalistes.

“Pendant 20 ans, l'UNESCO a promu le 3 mai comme une journée de défense de la liberté d'expression et de la sécurité des journalistes”, déclare Sylvie Coudray, Chef de section pour le Secteur de la communication et l'information. “Nous félicitons Ilta-Sanomat pour leur travail en matière de promotion des principes de la liberté de la presse non seulement lors de la Journée mondiale de la liberté de la presse, mais tous les autres jours. Nous encourageons tous les médias à suivre leur exemple.”

Raconter l'histoire de journalistes

Kaius Niemi est l'éditeur-en-chef d'Ilta-Sanomat, le deuxième plus grand quotidien finlandais. © Ilta-Sanomat

Avec l'aide d'organisations comme l'UNESCO, Reporters sans frontières, le Comité de protection des journalistes et l'International Press Institute, Ilta-Sanomat a pu rassembler des anecdotes et en apprendre plus sur les expériences personnelles de chaque reporter.

“Il est également intéressant de voir les effets que ces recherches d'articles ont eu sur  nos journalistes, ajoute M. Niemi. Lorsque vous écrivez un article sur une personne, vous créez un lien avec elle, même si elle est emprisonnée ou ne peut pas être interviewée en personne. Vous commencez à comprendre que vous pourriez très bien vous retrouvez à sa place dans une situation différente.”

Au-delà des articles

Ilta-Sanomat a fait glisser la discussion sur la sécurité des journalistes du journal aux écoles, forums publics et expositions. Ilta-Sanomat a créé un magazine de 16 pages sur la sécurité des journalistes à partir de sa nouvelle série et l'a envoyé à plus de 800 écoles finlandaises.

Le journal a également travaillé avec le musée finlandais du journalisme Päivälehti pour mettre en place une exposition sur la liberté d'expression, en se servant des articles de la série. Il a également organisé, en collaboration avec la Fondation Helsingin Sanomat, un forum de discussion national avec des journalistes célèbres et des étudiants en journalisme pour trouver des projets similaires pour les autres journaux finlandais.

“Tout le monde était très intéressé par les discussions sur le projet et voulait aller plus loin”, explique M. Niemi. “J'ai la conviction que cette série aura de l'influence sur les autres médias finlandais. Nous tenons à développer le forum de façon à continuer les discussions, partager des informations et, dans l'idéal, créer quelque chose de concret pour la presse, internet, la télévision et la radio, à l'échelle nationale et internationale.”

Liens connexes :

Articles d'Ilta-Sanomat traduits dans les langues officielles des Nations unies

Série originale d'Ilta-Sanomat

Blogs BBC: Comment la sécurité des journalistes et la liberté d'expression a fait la une de la presse en Finlande

Fondation Helsingin Sanomat

La Journée mondiale de la liberté de la presse

Le travail de l'UNESCO dans la promotion de la sécurité des journalistes

 

Retour en haut de la page