Le rapport de la Directrice générale

© UNESCO

Le rapport de la Directrice générale de l'UNESCO sur la sécurité des journalistes et la question de l'impunité est élaboré dans le contexte du Programme international pour le développement de la communication de l'UNESCO (PIDC).

Le rôle du PIDC est important dans la veille et la protection de la sécurité des journalistes ainsi que dans la prévention de l'impunité des auteurs de crimes contre les journalistes.

Les Directeurs généraux de l'UNESCO condamnent l'assassinat des journalistes depuis 1997, conformément à la Résolution 29 adoptée par la Conférence générale qui demande aux autorités compétentes de s'acquiter du devoir qui leur incombe de prévenir les crimes, d'enquêter à leur sujet, de les sanctionner et d'en réparer les conséquences quand ces crimes sont perpétrés pour empêcher l'exercice de la liberté d'expression et le droit que détient tout individu de recevoir des informations.

La sécurité des journalistes a fait l’objet d’un débat thématique organisé en 2006, lors de la 25ème session du Conseil intergouvernemental du PIDC. Deux ans plus tard, le Conseil du PIDC a examiné et débattu, à sa 26ème session, un premier rapport intitulé Sécurité des journalistes et danger d’impunité, qui faisait une analyse détaillée des meurtres de journalistes condamnés par la Directrice générale de l’UNESCO au cours de l’exercice biennal écoulé.

Lors de cette réunion, le Conseil a adopté une Décision sur la sécurité des journalistes et la question de l’impunité, qui attribue au PIDC un rôle central dans la veille du suivi des assassinats condamnés par le Directrice générale de l’UNESCO. Dans cette décision, le Conseil intergouvernemental du PIDC prie les Etats membres "de se conformer aux obligations pertinentes du droit international tendant à mettre fin à l’impunité” et “d’informer le Directeur général de l’UNESCO, sur base du volontariat, des actions engagées pour mettre fin à l’impunité des responsables et de lui faire part du progrès des enquêtes judiciaires diligentées sur chaque meurtre condamné par l’UNESCO”.

Depuis cette date, le Directrice générale de l’UNESCO présente, à chaque session du Conseil intergouvernemental du PIDC, un rapport sur La sécurité des journalistes et le risque de l’impunité pour soutenir son travail de veille.