L’information au service du développement

L’un des défis que doit relever le PIPT consiste à faire comprendre aux gouvernements et aux communautés la valeur de l’information pour résoudre les problèmes de développement. Selon la Déclaration du Millénaire des Nations Unies, la réalisation des objectifs de développement et d’élimination de la pauvreté passe par la bonne gouvernance et la transparence.

Les coûts de la mauvaise tenue des dossiers dans les organisations sont très largement sous-estimés. Il est nécessaire de reconnaître les bénéfices qui résultent d’une bonne gestion en matière d’efficacité et de transparence.

D’après une étude de l’UNESCO, il existe une forte corrélation entre une presse libre et un bon niveau de développement. La réduction de la pauvreté, l’accès aux biens de première nécessité et l’amélioration de la nutrition vont de pair avec la liberté de la presse. Une presse libre a également une influence positive sur l’environnement médical. Elle contribue à montrer au gouvernement quelles sont ses véritables responsabilités. La presse est un instrument de développement aussi efficace que l’éducation ou les investissements. C’est déjà aussi le cas des médias numériques dont nous disposons grâce aux nouvelles technologies et leur poids va continuer de croître.

En favorisant la transparence (publication des prévisions budgétaires de l’Etat, procédures d’appel d’offres transparentes et concurrentielles, responsabilisation accrue des instances gouvernementales, etc.), l’information au service du développement devient un outil d’autonomisation. Elle permet également un accroissement des chances et une amélioration de la sécurité des moyens d’existence. La question centrale sous-jacente porte sur la nécessité de faire comprendre l’importance de l’accès à l’information, mais aussi l’utilité de l’information.

La valeur du développement humain et de l’accès à l’information et au savoir pour le développement est reconnue, mais il faut redoubler d’efforts pour expliquer et montrer les bénéfices que l’on peut retirer à investir dans ces ressources.

Retour en haut de la page