La sécurité des journalistes et le risque de l'impunité

Présentation du Rapport de la Directrice générale de l'UNESCO

11h30-16h45, 22 mars 2012, Diège de l'UNESCO, Paris, France

Le nombre de journalistes et de professionnels des médias assassinés chaque année ne cesse d’augmenter partout dans le monde. C’est le constat du rapport de la Directrice générale de l’UNESCO sur ce sujet, qui donne une vue d’ensemble des assassinats de professionnels des médias qu’a déplorés l’UNESCO en 2010 et 2011.

Dans la plupart des cas, ces journalistes suivaient des affaires locales, souvent liées à la corruption ou à d’autres activités illégales telles que le crime organisé. Au total, 127 journalistes ont été tués : 65 en 2010 et 62 en 2011. Le rapport contient également des informations sur les enquêtes judiciaires concernant les crimes de journalistes entre 2006 et 2009.

Le débat sur la sécurité des journalistes et le risque de l'impunité (le 22 mars, de 11h30 à 16h45, au siège de l’UNESCO) réunira les États membres et des organisations spécialisées dans la liberté d’expression, comme Article 19, l’International Press Institute (IPI) et le Centre de Doha pour la Liberté des Médias (voir l’ordre du jour et les biographies des participants).

Cette année, un projet de Plan d’action des Nations Unies sur la sécurité des journalistes et le risque de l'impunité sera présenté au Conseil intergouvernemental du PIDC pour approbation. Ce plan, le premier du genre, est le fruit de la première réunion inter-agences des Nations Unies sur la sécurité des journalistes et la question de l'impunité, qui s’est déroulée les 13 et 14 septembre 2011 et à laquelle ont participé des représentants des agences, programmes et fonds des Nations Unies ainsi que des États membres, des associations de professionnels et des ONG.

Ce Projet de Plan propose des mesures, parmi lesquelles la mise en place de mécanismes de coordination entre agences pour affronter les problèmes relatifs à la sécurité des journalistes et à l’impunité, ainsi que pour intégrer ces questions aux contributions des Nations Unies dans les stratégies nationales. Le projet prévoit en outre d’aider les États à développer des législations favorables à la liberté d’expression et d’information et à mettre en application les règles et principes internationaux existants. Des campagnes de sensibilisation seront également menées, avec les États membres, la société civile, des organisations non-gouvernementales et d’autres organismes concernés, afin de renforcer la prévention.

Les États membres seront par ailleurs invités à approuver une Décision sur la sécurité des journalistes et le risque de l'impunité, qui appelle les gouvernements à faire état à la Directrice Générale de l’UNESCO de leurs enquêtes sur les assassinats de journalistes.

Intervenants

Anthony Mills, Directeur pour la liberté de la presse, International Press Institute (IPI)

Avant de rejoindre l’IPI en 2009, où il est devenu Directeur pour la liberté de la presse et la communication, Anthony Mills a vécu près de dix ans à Beyrouth, au Liban, en tant que correspondant pour CNN, Deutsche Welle et d’autres organes de presse. Il y a couvert de nombreux évènements, dont l’assassinat du Premier Ministre libanais Rafiq Hariri en 2005, le conflit israélo-libanais de 2006, et la brève prise de Beyrouth Ouest par les hommes armés du Hezbollah en 2008. Spécialiste des médias et de la politique du Moyen-Orient, et plus particulièrement du Liban et de la Syrie, il est responsable de la stratégie, des projets et de la communication de l’IPI pour la liberté de la presse. Il est titulaire d’une licence en Relations Internationales axée sur le Moyen-Orient de l’université Brown aux États-Unis, et un master en Journalisme international de la City University de Londres.

Ole Chavannes, Coordinateur senior de l’assistance d’urgence, Doha Center for Media Freedom

Ole Chavannes (1975) est un journaliste néerlandais et spécialiste du développement des médias. Il a débuté à l’âge de 13 ans lorsqu’il a créé sa propre radio pirate, et n’a cessé, par la suite, de rapporter des informations pour des journaux, stations de radio, blogs et chaines de télévision. Après ses études en histoire et journalisme à l’université de Groningue, Chavannes est devenu rédacteur en chef d’une agence de presse en ligne présente dans six pays d’Europe. En 2004, il a rejoint la sphère du développement des médias, en créant l’ONG Kids News Network, qui produit des émissions d’information destinées aux enfants, dans des pays comme le Pérou, l’Afghanistan et le Myanmar.

Chavannes est actuellement coordinateur senior de l’assistance d’urgence, un programme du Doha Centre for Media Freedom (DCMF) qui consiste à apporter une assistance médicale ou juridique d’urgence aux journalistes en difficultés, grâce à une équipe d’experts de la région. Le DCMF propose également des formations (journalisme et sécurité), des recherches sur le développement des médias dans le monde arabe, un programme d’éducation médiatique et des rapports sur les violations de la liberté de la presse. Accédez au site du DCMF : www.dc4mf.org.

Quinn McKew, Directrice senior des opérations, Article 19

ARTICLE 19 est une organisation indépendante des droits de l’homme qui travaille à travers le monde pour la protection et la promotion de la liberté d’expression. L’organisation tire son nom de l’article 19 de la Déclaration universelle des droits de l’homme qui garantit la liberté d’expression. En tant que directrice des opérations, Quinn McKew est responsable de la sécurité et des évaluations de risques pour Article 19, mais aussi de l’intégration des sept bureaux régionaux et de la cinquantaine d’organisations régionales partenaires.

QuinnMcKew possède une licence en Relations Internationales et Environnement de l’université Stanford ainsi qu’une maitrise en Gestion de projets internationaux à but non lucratif de l’université de Georgetown. Avant de rejoindre Article 19, elle a travaillé pour la plus grande société à but non lucratif européenne de conseil en logistique, et a été directrice de campagne pour plusieurs grandes organisations pour la protection de l’environnement aux États-Unis.

Jānis Kārkliņš, Sous-Directeur général pour la communication et l’information, UNESCO

Avant d’assumer les fonctions de Sous-Directeur général de l’UNESCO, M. Kārkliņš a été ambassadeur de Lettonie en France, à Andorre, à Monaco et auprès de l’UNESCO. Il a également été représentant permanent de la Lettonie auprès des Nations Unies à Genève.

Pendant son séjour à Genève, il a assumé les fonctions de premier vice-président, puis de président du Conseil de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM). Il a été nommé à plusieurs postes auprès de l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI) et de la Commission de la science et de la technique au service du développement des Nations Unies. Il a présidé le Groupe d’experts gouvernementaux sur les armes à sous-munitions dans le cadre de la Convention sur les armes inhumaines. Il a également été vice-président du Comité de préparation de la phase de Genève du Sommet mondial sur la société de l’information (SMSI) et président du Comité de préparation de la phase de Tunis

Actualités

Afficher les résultats 21 à 24 sur un total de 41

< Précédente

1

2

3

4

5

6

7

Suivante >

Retour en haut de la page