Communication scientifique et changement climatique

© UNESCO - COP16 sur le changement climatique à Cancun - "Marche de la Via Campesina"

Le Secteur CI s’attache à mettre en relief les fonctions éducatives, démocratiques et de promotion du développement de la communication scientifique – notamment le rôle des médias dans la gestion des risques liés au changement climatique. De manière générale, il s’efforce de populariser la communication scientifique dans le monde en développement (i) en relevant le niveau de compétence scientifique des professionnels des médias, (ii) en facilitant l’accès à l’information et aux connaissances scientifiques, et (iii) en améliorant l’information scientifique sur le plan aussi bien qualitatif que quantitatif.

S’agissant plus précisément du changement climatique et de l’éducation visant à y faire face, les efforts se concentrent sur le renforcement des capacités et l’établissement de réseaux d’institutions de médias au niveau mondial, une importance particulière étant accordée à l’Afrique et aux petits États insulaires en développement (PEID). À cet égard, dans le cadre de sa contribution à la mise en œuvre de la Décennie des Nations Unies pour le développement durable, l’UNESCO a organisé, conjointement avec le PNUE, en 2009 la première Conférence internationale sur la radiotélévision et le changement climatique, qui a abouti à la Déclaration de Paris sur la radiotélévision et le changement climatique.

En juillet 2009, l’UNESCO, soucieuse de concrétiser la priorité qu’elle accorde à l’Afrique dans sa stratégie et son programme, a signé un accord spécial avec la Commission de l’Union africaine  (CUA) répondant à un triple objectif : (i) soutenir la mise en place des réseaux scientifiques et technologiques régionaux pour les apprentis journalistes et les professionnels des médias, (ii) améliorer les contenus et le niveau de l’enseignement du journalisme en ce qui concerne la couverture de l’actualité scientifique et technologique, et (iii) créer un centre d’excellence pour l’enseignement du journalisme scientifique et technologique.

Dans le cadre de cet accord particulier, l’Université Makerere de l’Ouganda a entrepris une étude visant à déterminer comment les médias africains abordent les questions scientifiques et technologiques.

Une autre initiative, qui concerne le changement climatique, est le programme de bourses « Africa media fellowships » de l’Inter Press Service (IPS), dans le cadre duquel deux journalistes africains ont couvert les travaux de la 16e Conférence des Parties (COP 16) à Cancún (Mexique) en novembre et décembre 2010.

Retour en haut de la page