Le film de Westerbork

Patrimoine documentaire soumis par les Pays-Bas et recommandé à l'inscription au Registre Mémoire du monde en 2017.

Durant le printemps 1944, le déporté juif Rudolf Breslauer a immortalisé dans un film le quotidien du camp de transit de Westerbork. La fonction de Westerbork était de rassembler des Juifs romani et néerlandais pour le transport vers des camps de concentration nazis. Le film a été commandé par le commandant du camp allemand Albert Gemmeker. Gemmeker voulait produire un film professionnel visant à montrer la valeur économique du camp.

Breslauer a filmé les déportations qui avaient lieu le mardi vers d’autres camps de concentration, mais la plupart des images dépeignent des ‘instants de normalité’ tels que des hommes et des femmes en bonne santé travaillant dans des ateliers ou faisant du sport, des enfants à l’école, ou des scènes se déroulant à l’hôpital, au cabaret et même lors d’une messe à l’église. Bien que le film de Westerbork n’ait jamais été achevé, la plupart des séquences brutes ont été conservées.

Des extraits de ce film ont été largement utilisés dans des documentaires, films et autres actualités filmées depuis 1948. Les séquences montrant les déportations et tout particulièrement celle où l’on voit une jeune Sinté, Settela Steinbach, observant l’objectif à travers les portes d’un wagon, sont devenues emblématiques du programme d’extermination systématique mis en place par les nazis.

Retour en haut de la page