15.11.2011 - UNESCO

Ouverture à New Delhi de la 12ème table ronde interinstitutions des Nations Unies sur la communication pour le développement

© UNC4D

Aujourd’hui, s’ouvre à New Delhi la 12ème table ronde interinstitutions des Nations Unies sur la communication pour le développement accueillant une centaine de participants engagés dans la conception et la mise en œuvre de projets de communication pour le développement par les agences onusiennes, les institutions universitaires et les organisations non-gouvernementales. Les donateurs bilatéraux, le secteur privé et les représentants du gouvernement indien étaient également présents à cet événement.

La réunion biennale aborde cette année les questions autour du thème  « Le rôle de la communication pour le développement dans l’autonomisation des adolescentes ». Plusieurs documents d'information ont été produits afin de guider les six séances parallèles visant à cadrer le contexte des adolescentes, à favoriser leur participation aux bonnes pratiques, et à discuter des futurs défis à relever.

Selon Patrice Cœur-Bizot, Coordonnateur résident de l’ONU, la communication pour le développement a pris une signification et un sens nouveaux lors des préparatifs du plan-cadre des Nations Unies pour le développement dans lequel l'équipe de pays des Nations Unies en Inde a été étroitement associée.

« Le rôle de la communication pour le développement ne porte pas seulement, ni même principalement, sur la production de matériel visant à diffuser l'information », a déclaré Karin Hulshof, représentante de l'UNICEF en Inde, lors d’une déclaration liminaire. « Il s'agit de comprendre les normes sociales qui orientent les comportements individuels, de les analyser et de mobiliser les parties prenantes afin d’élaborer des stratégies. »

« Nos efforts communs visant à intégrer la communication pour le développement dans les plans-cadres des Nations Unies pour l’aide au développement ont montré des signes encourageants aux Philippines, en Tanzanie et en Uruguay », a déclaré Iskra Panevska, Directrice par intérim du Bureau de l’UNESCO à New Delhi.

« Les institutions universitaires dans des pays aussi éloignés que l'Equateur et l'Ouganda ont démontré leur capacité à faciliter les consultations et à engager la société civile dans un dialogue pouvant améliorer leur capacité en matière de communication pour le développement. Nous espérons que les efforts de telles interinstitutions des Nations Unies vont se multiplier et créer un effet domino », ajoute-t-elle.

Selon le haut représentant de l’UNICEF, Rina Gill, la communication pour le développement s’adapte à une variété de méthodes, d’approches, d’outils et de canaux de communication  propre à créer de nouvelles opportunités. « Le paysage de la communication devenant plus dense, plus complexe et plus participatif, la population en réseau bénéficie d’un accès plus large à l'information, de davantage de possibilités de s’engager publiquement et d’une capacité accrue d'entreprendre une action collective».

La table ronde constitue la seule réunion de ce type à faciliter la collaboration interinstitutions des Nations Unies sur la communication pour le développement. Elle permettra le partage d’expérience, la promotion de bonnes pratiques et l’échange de connaissances selon différents angles et partenaires. Les débats et discussions internes à l’ONU se tiendront les 16 et 17 novembre et déboucheront sur un examen des recommandations proposées et détermineront les étapes à venir.




<- retour vers Actualités
Retour en haut de la page