27.03.2008 -

Festival de films en Asie : le monde vu par les femmes

L'Association internationale des femmes de radio et télévision (IAWRT), section indienne, et l'India International Centre (IIC), projet Asie, ont organisé en collaboration avec l'UNESCO un Festival de films de femmes asiatiques les 7 et 8 mars 2008 à New Delhi (Inde).

Sous le thème "Visions et aspirations", le festival a présenté 25 courts et longs métrages réalisés en Australie, au Japon, au Pakistan, en Inde et aux Etats-Unis. Organisé à l'occasion de la Journée internationale de la femme, le festival avait au programme des films documentaires, de fiction et d'animation. Des tables rondes ont permis d'examiner comment les réalisatrices élargissent le cadre sur les questions concernant les femmes.

 

La cérémonie d'ouverture a été suivie d'un message de l'UNESCO invitant les médias à encourager une plus grande participation des femmes, puis de la projection de deux courts métrages : Everyday d'Anupama Srinivasan et Manpasand de Dhwani Desai.

 

"Dans Everyday, j'ai voulu regarder par la fenêtre et illustrer une relation humaine à notre époque à travers un couple de pigeons", explique Anupama Srinivasan. Le film montre deux pigeons perchés sur un câble électrique avec pour bande sonore toutes sortes de bruits (circulation, télé, conversations). A la fin, l'un des pigeons s'envole, laissant l'autre seul.

 

"J'ai utilisé une forme d'art populaire en voie de disparition, le sanjhi, pour réaliser le film d'animation Manpasand", précise Dhwani Desai. "L'histoire est tirée des contes du Pañcatantra. Le film tente de sauvegarder une forme d'art et montre que toute créature créée par Dieu a sa propre importance et qu'elle n'est inférieure à personne. Et aussi que chacun est attiré par son propre type de créature", ajoute la réalisatrice.

 

Dans le film d'animation, une grand-mère conseille à sa petite-fille de faire du sanjhi pour avoir un fiancé à son goût. A travers la fillette, la réalisatrice raconte l'histoire d'une souris qu'un saint transforme en une belle jeune fille. Le saint l'élève comme sa propre fille et lui dit qu'elle peut choisir comme mari le roi, le dieu de la montagne, la pluie, le vent ou le soleil. Mais la jeune fille jette son dévolu sur une souris avec qui elle se marie.

 

Selon Jai Chandiram, responsable de IAWRT, la manifestation avait pour objectif de nourrir le débat sur la création. "Cette initiative veut rendre honneur aux réalisatrices et montrer leur combat et leur témoignage sur des problèmes politiques, sociaux, culturels, environnementaux, éducatifs ou économiques", explique Mme Chandiram.

 

Mme Chandiram souligne également que les femmes ont prouvé au fil des années que leur place dans le cinéma était aussi importante que celle de leurs confrères masculins. Les films réalisés par des femmes possèdent une sensibilité qui touche d'emblée la corde émotionnelle.




<- retour vers Actualités
Retour en haut de la page