06.10.2003 -

La communication et l'information à l'ordre du jour de la Conférence générale pendant trois jours

Le programme et budget pour 2004-2005 du secteur de la communication et de l'information de l'UNESCO est à l'ordre du jour de la Commission V de la Conférence générale de l'UNESCO, qui commence aujourd'hui sa session d'une durée de trois jours à Paris, cela sous la présidence de Abdulwahab Bouhdiba, Tunisie.

"Favoriser un accès équitable à l'information et au savoir pour le développement" et " Promotion de la liberté d'expression et développement de la communication" sont les deux grands points sur lesquels l'UNESCO envisage de travailler durant les deux années à venir; quand l'accès à l'information et au savoir détermine de plus en plus les modes d'apprentissage, les expressions culturelles et la participation sociale.

 

L'Organisation déclare dans le programme proposé que "l'accès à l'information offre des possibilités de développement, des moyens plus efficaces pour atténuer la pauvreté et préserver la paix" mais aussi que "Le savoir est devenu l'un des principaux ressorts des transformations sociales. Les technologies de l'information et de la communication (TIC) ouvrent, grâce à l'éducation, à l'échange et au partage des connaissances, à la promotion de la créativité et du dialogue interculturel, de nouvelles perspectives pour la création de sociétés du savoir intégratrices. Elles suscitent également de nouveaux défis dans le domaine de la liberté d'expression, qui est une condition essentielle du développement durable, de la démocratie et de la paix".

 

Deux instruments de références apparaissent également à l'ordre du jour de la Commission V. Tous deux concernent les technologies de la communication et de l'information et seront soumis pour adoption aux Etats membres de l'UNESCO durant la 32ème session de la Conférence générale de l'Organisation qui se déroule actuellement au siège de l'UNESCO du 29 septembre jusqu'au 17 octobre 2003. Le premier instrument porte sur le multilinguisme et l'accès universel à l'Internet et le second sur la préservation du patrimoine numérique.




<- retour vers Actualités
Retour en haut de la page