31.05.2007 -

Conférence sur la liberté de la presse, la sécurité des journalistes et l'impunité dans le Mercosur

Le Bureau de l'UNESCO à Montevideo a organisé une conférence sous-régionale pour commémorer la Journée mondiale de la liberté de la presse 2007 en Uruguay.

La conférence, qui s'est tenue le 3 mai à Montevideo, a réuni une centaine de participants qui ont pu échanger des informations sur la situation des journalistes dans le Mercosur et les pays associés. Les débats ont examiné les liens étroits entre liberté de la presse et sécurité des journalistes.

 

Dans son allocution d'ouverture, le sous-secrétaire au ministère de l'Education et de la Culture, M. Felipe Michelini, a remercié l'UNESCO pour cette initiative. M. Michelini a souligné le rôle de la liberté d'expression pour atteindre les objectifs fixés dans la Déclaration universelle des droits de l'homme, ainsi que la nécessité d'adapter la législation actuelle sur la presse pour garantir le plein exercice de la profession de journaliste.

 

Selon Jorge Grandi, directeur du Bureau de l'UNESCO à Montevideo, "la liberté de la presse est un droit fondamental, et la violence exercée contre les journalistes est l'un des problèmes auxquels doit faire face la région. A l'occasion de la célébration de la Journée mondiale de la liberté de la presse à Montevideo, l'UNESCO veut lancer un appel pour identifier les dangers qui menacent aujourd'hui les professionnels des médias et examiner les mesures à prendre pour assurer la sécurité des journalistes qui travaillent dans des pays où la liberté d'expression n'est pas suffisamment respectée".

 

La répression et la violence dont sont victimes les journalistes est apparu comme l'un des principaux sujets d'inquiétude dans la région. Les participants ont également abordé la question des relations entre journalisme et pouvoir.

 

Le documentaire La batalla del silencio, consacré au journaliste colombien Orlando Sierra, assassiné en 2002, a été présenté à la conférence. Ce crime demeure à ce jour impuni.

 

Une table ronde autour du thème "Journalisme d'investigation, une profession menacée", a permis de présenter plusieurs exemples de la réalité vécue par les journalistes au Venezuela, en Bolivie et au Paraguay.

 

Trois groupes de travail ont dressé la liste des actions à entreprendre pour promouvoir la sécurité des journalistes dans la région, en particulier :

  • sensibiliser l'opinion publique au problème de la liberté d'expression,
  • renforcer les syndicats de journalistes,
  • réévaluer la profession,
  • mettre en place un système de médiation chargé d'observer la situation de la liberté d'expression et de défendre les droits des journalistes.

Lors de la séance de clôture, Günther Cyranek, conseiller pour la communication et l'information dans le Mercosur et au Chili, a rappelé le rôle de la liberté d'expression au sein des médias interactifs pour garantir une culture démocratique pour tous dans les sociétés du savoir.




<- retour vers Actualités
Retour en haut de la page