23.04.2012 - UNESCO

Mise en place d’un outil participatif pour répertorier les célébrations de la Journée mondiale de la liberté de la presse dans le monde entier

Capture écran de la plateforme Ushahidi

Cette année, l’événement principal des célébrations de la Journée mondiale de la liberté de la presse se tiendra à Tunis, du 3 au 5 mai 2012, conjointement organisé par l’UNESCO et le gouvernement tunisien, avec pour thématique : "Les nouvelles voix : La liberté des médias a le pouvoir de transformer les sociétés". La Journée sera également célébrée dans le monde entier ; la plateforme Ushahidi permet de repérer les divers évènements organisés à travers le monde.

Les récents soulèvements dans plusieurs pays arabes ont mis en exergue le pouvoir des médias, le combat des peuples pour la liberté d’expression et la convergence de la liberté de la presse et de la liberté d’expression à travers divers médias traditionnels ou nouveaux. Cela a donné lieu à un niveau de liberté des médias sans précédent. Les nouveaux médias ont permis à la société civile, à la jeunesse et aux communautés de provoquer d’importants changements sociaux et politiques, et ce par l’auto-organisation et par l’engagement des jeunes du monde dans la lutte pour obtenir la liberté de s’exprimer et d’exprimer les aspirations de leurs peuples.

C’est pourquoi les célébrations organisées à Tunis ont une réelle portée symbolique. Après la cérémonie de remise du Prix mondial de la liberté de la presse UNESCO/Guillermo Cano 2012, accueillie par le gouvernement tunisien, se tiendra une conférence de deux jours. Au cours de cette conférence se dérouleront une séance plénière sur la Tunisie ainsi que des débats sur la façon d’améliorer la sécurité des journalistes, la dépénalisation de la diffamation, le développement des services publics de radiodiffusion, les normes professionnelles et éthiques, l’accès à une information de qualité et la question de la propriété des médias dans un paysage médiatique en évolution. Des organisations non-gouvernementales et professionnelles organiseront d’autres événements. Quelques trois cents journalistes et rédacteurs du monde entier ainsi que des organisations non-gouvernementales internationales et régionales seront présents à la conférence.

D’autres célébrations seront organisées dans le monde par les bureaux hors siège de l’UNESCO, des ONG, des organisations des médias, des écoles et universités, et des médias sociaux. L’UNESCO répertorie tous ces événements grâce à un outil participatif basé sur la plateforme Ushahidi, un logiciel libre comportant un système intégré de repérage interactif. Où que vous soyez, vous pouvez faire part au monde entier de votre façon de célébrer la Journée mondiale de la liberté de la presse.

Des séminaires, ateliers, tables rondes, réunions et conférences auxquels participeront de nombreux partenaires, journalistes et représentants des gouvernements sont prévus dans les Bureaux de l’UNESCO de Quito (Équateur), Kingston (Jamaïque), Santiago (Chili) et Abuja (Nigeria). Une conférence sur les principaux défis actuels des médias et les responsabilités professionnelles se déroulera sur deux jours au Bureau de l’UNESCO à Beyrouth (Liban). Globe International (membre d’IFEX) a lancé, en collaboration avec le Bureau de l’UNESCO à Beijing, un débat en ligne autour des thèmes de la conférence de Tunis. Le Bureau de l’UNESCO à Harare (Zimbabwe), en coopération avec le Media Institute of Southern Africa (MISA), organise dans les villes de Mzuzu, Blantyre et Lilongwe des événements parmi lesquels des débats entre médias, marches pour la liberté, prix des médias et un dîner de gala.

Comment allez-vous célébrer la Journée mondiale de la liberté de la presse 2012 ? Dites-le nous en présentant votre événement sur la Plateforme des Célébrations dans le monde de la Journée mondiale de la liberté de la presse. “Ushahidi”, qui signifie "témoignage" en Swahili, est initialement le nom d’un site créé pour répertorier sur une carte les actes de violence signalés au Kenya durant la période post-électorale début 2008. Depuis, le mot “Ushahidi” fait référence aux personnes qui gèrent la plateforme Ushahidi. Elles étaient, à l’origine, un petit groupe ad hoc de bénévoles, qui s’est transformé en organisation structurée réunissant des personnes aux expériences variées, allant des droits de l’Homme au développement de logiciels, et qui s’est étendue de l’Afrique à l’Europe, l’Amérique du Sud et les Etats-Unis.

Depuis sa proclamation par l’Assemblée Générale des Nations Unies en 1993, le 3 mai est chaque année l’occasion de célébrer les principes fondamentaux de la liberté de la presse, évaluer le niveau de liberté de la presse partout dans le monde, défendre les médias contre les atteintes à leur indépendance et rendre hommage aux journalistes qui ont perdu la vie dans l’exercice de leur métier.




<- retour vers Actualités
Retour en haut de la page