07.06.2012 - UNESCOPRESS

La Directrice générale appelle à la fin des violences après le meurtre du journaliste mexicain Marco Antonio Ávila García

La Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a exprimé son indignation aujourd’hui après le meurtre du journaliste suivant les affaires criminelles Marco Antonio Ávila García. Elle a exhorté les autorités à prendre toutes les mesures nécessaires afin de mettre un terme aux assassinats qui ont touché les médias du pays.

« Je condamne le meurtre Marco Antonio Ávila García et exhorte les autorités à prendre toutes les mesures nécessaires pour traduire ses assassins en justice », a déclaré la Directrice générale. « Le nombre de meurtre dans les rangs des médias mexicains a atteint de telles proportions qu’il met sérieusement en cause la liberté d’expression et la démocratie dans le pays ».

Marco Antonio Ávila García, 39 ans, était journaliste pour deux quotidiens locaux, El Regional de Sonora et Diario Sonora de la Tarde. Il était basé à Ciudad Obregón, dans l’Etat de Sonora.

Son cadavre a été retrouvé enveloppé dans un sac plastique sur une route de terre de Ciudad Obregón le 18 mai, un jour après qu’il eut été porté disparu.

La mort de Marco Antonio Ávila García porte à dix le nombre de journalistes tués au Mexique au cours des 18 derniers mois. Ils sont recensés sur le site de l’UNESCO sur la page consacrée au Mémorial UNESCO des journalistes assassinés. 

****

Contact médias : Sylvie Coudray, +33 (0) 1 45 68 42 12

 

L’UNESCO est l’agence des Nations Unies dont la mission consiste à défendre la liberté d’expression et la liberté de la presse. En vertu de l’Article premier de son Acte constitutif, l’Organisation est tenue « d’assurer le respect universel de la justice, de la loi, des droits de l’homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinction de race, de sexe, de langue, ou de religion, que la Charte des Nations Unies reconnaît à tous les peuples ». À cette fin, elle « favorise la connaissance et la compréhension mutuelle des nations en prêtant son concours aux organes d’information des masses ; elle recommande, à cet effet, tels accords internationaux qu’elle juge utiles pour faciliter la libre circulation des idées, par le mot et par l’image ».

 

 

 

 




<- retour vers Actualités
Retour en haut de la page