21.12.2012 - UNESCOPRESS

La Directrice générale demande une enquête après la mort du journaliste du Sud-Soudan Isaiah Diing Abraham Chan Awol

La Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a exhorté les autorités du Sud-Soudan à enquêter sur le meurtre du journaliste Isaiah Diing Abraham Chan Awol et à traduire les auteurs en justice. Mieux connu sous son nom de plume, Isaaiah Abraham, cet éditorialiste a été tué chez lui à Juba le 5 décembre.

« Je condamne l’assassinat d’Isaiah Diing Abraham Chan Awol et j’appelle les autorités du Sud-Soudan à respecter le droit fondamental à la liberté d’expression qui figure dans la Déclaration universelle des droits de l’homme », a déclaré la Directrice générale. « Traduire les meurtriers d’Isaiah Diing Abraham Chan Awol en justice est une étape cruciale dans les efforts de ce jeune pays pour devenir une démocratie ».

            Isaiah Diing Abraham Chan Awol aurait reçu des menaces de mort liées à ses articles publiés notamment dans le Sudan Tribune, basé à Paris, Gurtong et Sudanese Online. Il était un ancien membre du personnel de la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS) au cours des années 1990.

Isaiah Diing Abraham Chan Awol  figure dans le Mémorial UNESCO des journalistes assassinés. 

****

Contact médias : Sylvie Coudray, +33 (0) 1 45 68 42 12, s.coudray(at)unesco.org

 

L’UNESCO est l’agence des Nations Unies dont la mission consiste à défendre la liberté d’expression et la liberté de la presse. En vertu de l’Article premier de son Acte constitutif, l’Organisation est tenue « d’assurer le respect universel de la justice, de la loi, des droits de l’homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinction de race, de sexe, de langue, ou de religion, que la Charte des Nations Unies reconnaît à tous les peuples ». À cette fin, elle « favorise la connaissance et la compréhension mutuelle des nations en prêtant son concours aux organes d’information des masses ; elle recommande, à cet effet, tels accords internationaux qu’elle juge utiles pour faciliter la libre circulation des idées, par le mot et par l’image ».

 

 

 




<- retour vers Actualités
Retour en haut de la page