19.06.2014 - UNESCOPRESS

La Directrice générale de l’UNESCO condamne le meurtre des reporters Igor Kornelyuk et Anton Voloshin en Ukraine

La Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a dénoncé aujourd’hui le meurtre des journalistes Igor Kornelyuk et Anton Voloshin en Ukraine et a exhorté toutes les parties à respecter le statut civil des journalistes.

« Je suis profondément choquée par la mort des journalistes  Igor Kornelyuk et Anton Voloshin », a déclaré la Directrice générale. « Le travail des journalistes, en particulier dans les situations de tension, est essentiel pour alimenter le débat public nécessaire à la promotion du dialogue et de la compréhension mutuelle. J’appelle toutes les parties en présence à respecter le statut civil des journalistes et à les laisser mener à bien leurs activités professionnelles dans des conditions de sécurité satisfaisantes conformément à la Convention de Genève et à ses Protocoles ».

Le journaliste de télévision Igor Kornelyuk et l’ingénieur du son Anton Voloshin, qui travaillaient pour la chaîne de télévision russe VGTRK, couvraient des affrontements de la ville de Lougansk lorsqu’ils ont été touchés par des tirs de mortier.

Le meurtre d’Igor Kornelyuk et Anton Voloshin porte à cinq le nombre des journalistes tués en Ukraine depuis janvier 2014. Tous ont fait l’objet d’une condamnation par la Directrice générale. Ses déclarations sur le meurtre des travailleurs des médias sont disponibles en ligne.

****

Contact médias : Sylvie Coudray, +33 (0) 1 45 68 42 12

L’UNESCO est l’agence des Nations Unies dont la mission consiste à défendre la liberté d’expression et la liberté de la presse. En vertu de l’Article premier de son Acte constitutif, l’Organisation est tenue « d’assurer le respect universel de la justice, de la loi, des droits de l’homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinction de race, de sexe, de langue, ou de religion, que la Charte des Nations Unies reconnaît à tous les peuples ». À cette fin, elle « favorise la connaissance et la compréhension mutuelle des nations en prêtant son concours aux organes d’information des masses ; elle recommande, à cet effet, tels accords internationaux qu’elle juge utiles pour faciliter la libre circulation des idées, par le mot et par l’image ».

 

 




<- retour vers Actualités
Retour en haut de la page