13.01.2014 - UNESCOPRESS

La Directrice générale condamne le meurtre du journaliste de télévision pakistanais Zakir Ali et demande une enquête

La Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a dénoncé le meurtre de du journaliste Zakir Ali, également connu sous le nom de Shan Dher, survenu à Larkana, dans la province pakistanaise de Sindh. Elle a exhorté les autorités à poursuivre les responsables de ce meurtre en justice.

« Je condamne le meurtre de Zakir Ali», a déclaré la Directrice générale. « Il est important que tout soit mis en œuvre pour trouver ceux qui sont responsables de ce crime. Les attaques contre les journalistes et les professionnels des médias représentent une grave atteinte au droit des citoyens  à être informés. La liberté de la presse et la liberté d’expression permettent aux journalistes de mener à bien leur mission sans craindre pour leur vie. De tels crimes ne doivent par conséquent pas rester impunis. »

Zakir Ali, chef du bureau de la chaîne d’information Abb Tall TV, a été abattu alors qu’il rentrait chez lui le soir du 31 décembre. Il est mort à l’hôpital dans les premières heures du 1er janvier.

En 2013, la Directrice générale de l’UNESCO a condamné le meurtre de huit professionnels des médias au Pakistan. Une liste complète des journalistes assassinés ayant fait l’objet d’une condamnation par l’UNESCO est disponible en ligne.

****

Contact médias : Sylvie Coudray, +33 (0) 1 45 68 42 12

 

L’UNESCO est l’agence des Nations Unies dont la mission consiste à défendre la liberté d’expression et la liberté de la presse. En vertu de l’Article premier de son Acte constitutif, l’Organisation est tenue « d’assurer le respect universel de la justice, de la loi, des droits de l’homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinction de race, de sexe, de langue, ou de religion, que la Charte des Nations Unies reconnaît à tous les peuples ». À cette fin, elle « favorise la connaissance et la compréhension mutuelle des nations en prêtant son concours aux organes d’information des masses ; elle recommande, à cet effet, tels accords internationaux qu’elle juge utiles pour faciliter la libre circulation des idées, par le mot et par l’image ».

 

 

 




<- retour vers Actualités
Retour en haut de la page