30.05.2006 -

Le Directeur général de l'UNESCO, consterné par la mort de deux membres d'une équipe de la CBS, demande davantage de sécurité pour les journalistes en Iraq

Le Directeur général de l'UNESCO, Koïchiro Matsuura, s'est dit aujourd'hui consterné par la mort, lundi à Bagdad, du caméraman Paul Douglas et du preneur de son James Brolan, employés de la chaîne de télévision nord-américaine CBS, et il a demandé davantage de sécurité pour les employés des médias en Iraq.

« Je suis consterné par la mort brutale de Paul Douglas et James Brolan », a déclaré le Directeur général, qui a poursuivi : « En Iraq, le tribut mortel imposé au personnel des médias, nationaux ou internationaux, a atteint un niveau vraiment alarmant. Une fois de plus, je voudrais exprimer mon admiration pour le courage des journalistes et de leurs collaborateurs qui bravent d'incroyables dangers pour continuer d'informer le monde sur ce qui se passe en Iraq. Ils mènent à bien un travail essentiel pour la reconstruction et la consolidation de la démocratie dans ce pays ».

 

« J'exhorte toutes les autorités concernées à n'épargner aucun effort en vue d'améliorer les conditions de sécurité des journalistes et de leurs collaborateurs oeuvrant en Iraq pour ce droit de l'homme fondamental qu'est la liberté d'expression », a ajouté Koïchiro Matsuura.

 

Paul Douglas et James Brolan, tous deux de nationalité britannique, sont morts lors d'une attaque contre l'unité nord-américaine qu'ils accompagnaient. La correspondante de CBS, Kimberly Dozier, de nationalité britannique et nord-américaine, aurait été sérieusement blessée dans cette attaque. Selon la Fédération internationale des journalistes (FIJ), ces deux décès portent à 127 le nombre d'employés des médias tués en Iraq depuis 2003. Pour l'ONG, 22 employés des médias ont été tués dans ce pays pour la seule année 2006.

 

L'UNESCO est la seule agence des Nations Unies qui a un mandat pour défendre la liberté d'expression et la liberté de la presse. L'article 1 de son Acte constitutif déclare que l'Organisation se propose «d'assurer le respect universel de la justice, de la loi, des droits de l'homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinction de race, de sexe, de langue ou de religion, que la Charte des Nations Unies reconnaît à tous les peuples ». Pour y parvenir l'Organisation doit favoriser « la connaissance et la compréhension mutuelle des nations en prêtant son concours aux organes d'information des masses et recommande, à cet effet, tels accords internationaux qu'elle juge utiles pour faciliter la libre circulation des idées, par le mot et par l'image...»




<- retour vers Actualités
Retour en haut de la page