25.06.2014 - UNESCOPRESS

La Directrice générale condamne le meurtre de deux professionnels des médias en Somalie : Yusuf Ahmed Abukar Keynan et Mohamed Omar Mohamed

La Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a dénoncé aujourd’hui le meurtre du journaliste Yusuf Ahmed Abukar Keynan et de l’employé de radio Mohamed Omar Mohamed. Elle a exhorté les autorités somaliennes à prendre des mesures pour améliorer la sécurité des professionnels des médias dans le pays.

« Je condamne le meurtre de Yusuf Ahmed Abukar Keynan et Mohamed Omar Mohamed », a déclaré la Directrice générale. « J’exhorte les autorités à enquêter sur ces deux crimes et mettre tout en œuvre pour améliorer la sécurité des journalistes dans le pays.  Les professionnels des médias doivent être en mesure de travailler, ce qui est essentiel pour nourrir le dialogue éclairé dont la Somalie a besoin pour construire un avenir meilleur pour tous ses citoyens ».

Yusuf Ahmed Abukar Keynan, journaliste pour Radio Mustaqbal, une station privée basée à Mogadiscio et Ergo Radio, une station humanitaire basée à Nairobi, au Kenya, a été tué dans l’explosion de sa voiture le 21 juin à Hamarweyne au sud-est de la Somalie.

Mohamed Omar Mohamed, connu sous le nom d’Amaar, s’occupait de la publicité et du marketing à Radio Dalsan. Il a été abattu au marché de Bakara, à Mogadiscio, le 21 avril.

Une liste complète des journalistes assassinés ayant fait l’objet d’une condamnation par l’UNESCO est disponible en ligne.

****

Contact médias : Sylvie Coudray, +33 (0) 1 45 68 42 12

 

L’UNESCO est l’agence des Nations Unies dont la mission consiste à défendre la liberté d’expression et la liberté de la presse. En vertu de l’Article premier de son Acte constitutif, l’Organisation est tenue « d’assurer le respect universel de la justice, de la loi, des droits de l’homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinction de race, de sexe, de langue, ou de religion, que la Charte des Nations Unies reconnaît à tous les peuples ». À cette fin, elle « favorise la connaissance et la compréhension mutuelle des nations en prêtant son concours aux organes d’information des masses ; elle recommande, à cet effet, tels accords internationaux qu’elle juge utiles pour faciliter la libre circulation des idées, par le mot et par l’image ».

 




<- retour vers Actualités
Retour en haut de la page