30.09.2011 - UNESCOPRESS

La Directrice générale condamne le meurtre du journaliste de radio brésilien Valderlei Canuto Leandro

La Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a condamné aujourd’hui le meurtre du journaliste de radio brésilien Valderlei Canuto Leandro, connu pour sa dénonciation de la corruption, survenu le 1er septembre.

« Je condamne le meurtre de Valderlei Canuto Leandro », a déclaré la Directrice générale. « Ce crime doit faire l’objet d’une enquête et ses auteurs doivent être traduits en justice. L’impunité dans de tels cas ne doit pas être tolérée car elle affaiblit la démocratie et l’Etat de droit ».

Valderlei Canuto Leandro, 32 ans, qui animait l’émission Sinal Verde sur Radio Frontera, a été abattu par des inconnus dans la ville de Tabatinga, dans l’Etat d’Amazonas, d’après des informations parues dans la presse locale.

D’après le Comité pour la protection des journalistes, Valderlei Canuto Leandro avait signalé au bureau du procureur en mai qu’il était l’objet de menaces de mort en relation avec des enquêtes qu’il menait sur des cas présumés de corruption.

 

***

L’UNESCO est l’agence des Nations Unies dont la mission consiste à défendre la liberté d’expression et la liberté de la presse. En vertu de l’Article premier de son Acte constitutif, l’Organisation est tenue « d’assurer le respect universel de la justice, de la loi, des droits de l’homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinction de race, de sexe, de langue, ou de religion, que la Charte des Nations Unies reconnaît à tous les peuples ». À cette fin, elle « favorise la connaissance et la compréhension mutuelle des nations en prêtant son concours aux organes d’information des masses ; elle recommande, à cet effet, tels accords internationaux qu’elle juge utiles pour faciliter la libre circulation des idées, par le mot et par l’image ».

 

Mémorial UNESCO des journalistes assassinés 




<- retour vers Actualités
Retour en haut de la page