15.04.2014 - UNESCOPRESS

La Directrice générale condamne le meurtre de l’employé de radio hondurien Carlos Mejía Orellana

La Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a dénoncé aujourd’hui le meurtre de Carlos Mejía Orellana dont le corps a été retrouvé à son domicile situé dans la ville d’El Progreso au nord du Honduras le 11 avril.

« Je condamne le meurtre de Carlos Mejía Orellana », a déclaré la Directrice générale. « Il est essentiel que ce crime donne lieu à une enquête approfondie, de même qu’il convient de faire le maximum pour mettre un terme à la violence et à l’intimidation contre les journalistes au Honduras ».

Carlos Mejía Orellana, responsable marketing et employé de la radio Progreso depuis 13 ans, avait demandé des mesures de protection suite à des menaces de mort. Selon le Directeur de la radio, le prêtre jésuite Ismael Moreno, une quinzaine de ses employés en ont également reçues.

« Tout journaliste ou employé des médias qui se sent menacé doit pouvoir compter sur une protection efficace lorsqu’il en fait expressément la demande », a ajouté la Directrice générale.

Carlos Mejía Orellana est le quatrième journaliste ou employé de médias assassiné au Honduras depuis le début de l’année 2013. Une liste complète des journalistes assassinés ayant fait l’objet d’une condamnation par l’UNESCO est disponible en ligne.

                                              ****

Contact médias : Sylvie Coudray, +33 (0) 1 45 68 42 12

 

L’UNESCO est l’agence des Nations Unies dont la mission consiste à défendre la liberté d’expression et la liberté de la presse. En vertu de l’Article premier de son Acte constitutif, l’Organisation est tenue « d’assurer le respect universel de la justice, de la loi, des droits de l’homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinction de race, de sexe, de langue, ou de religion, que la Charte des Nations Unies reconnaît à tous les peuples ». À cette fin, elle « favorise la connaissance et la compréhension mutuelle des nations en prêtant son concours aux organes d’information des masses ; elle recommande, à cet effet, tels accords internationaux qu’elle juge utiles pour faciliter la libre circulation des idées, par le mot et par l’image ».

 

 

 




<- retour vers Actualités
Retour en haut de la page