28.09.2011 - UNESCOPRESS

La Directrice générale condamne l’assassinat de la journaliste mexicaine María Elizabeth Macías et demande que des mesures soient prises pour mettre fin aux meurtres

La Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a condamné aujourd’hui le meurtre de la rédactrice en chef mexicaine María Elizabeth Macía et demandé que des mesures énergiques soient prises pour endiguer la violence contre les journalistes dans le pays.

« Je condamne le terrible meurtre de María Elizabeth Macía », a déclaré la Directrice générale. « María Elizabeth Macía est l’un des trop nombreux journalistes courageux, parmi lesquels plusieurs femmes, tués pour leur intégrité en tant que journaliste et parce qu’ils écrivaient sur les activités du crime organisé. Il est essentiel pour la démocratie et pour le rétablissement de l’Etat de droit que les journalistes et les rédacteurs en chefs puissent faire leur travail sans craindre pour leur vie ».

« C’est pourquoi j’appelle les autorités à faire leur possible pour améliorer la sécurité des journalistes et traduire en justice ceux qui se rendent coupables d’attaques contre des professionnels des médias. L’impunité fait peser une menace directe sur la liberté d’expression et la liberté de la presse au Mexique », a ajouté Irina Bokova.

Le corps décapité de la rédactrice en chef de 39 ans de Primera Hora, un journal de Nuevo Laredo, dans l’Etat de Tamaulipas, a été retrouvé le 24 septembre. Un message établissant un lien entre le meurtre et les articles de María Elizabeth Macía a été trouvé sur le corps.

María Elizabeth Macía utilisait les réseaux sociaux pour diffuser des informations sur les activités du crime organisé dans sa région. Elle est la quatrième femme journaliste tuée au Mexique depuis le début de l’année.

D’après Reporters sans frontières, 80 journalistes ont été tués au Mexique au cours des dix dernières années. Nombre de ces victimes ont été tuées du fait de leur travail sur le crime organisé et sur les cartels de la drogue.

 

                                                      ****

L’UNESCO est l’agence des Nations Unies dont la mission consiste à défendre la liberté d’expression et la liberté de la presse. En vertu de l’Article premier de son Acte constitutif, l’Organisation est tenue « d’assurer le respect universel de la justice, de la loi, des droits de l’homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinction de race, de sexe, de langue, ou de religion, que la Charte des Nations Unies reconnaît à tous les peuples ». À cette fin, elle « favorise la connaissance et la compréhension mutuelle des nations en prêtant son concours aux organes d’information des masses ; elle recommande, à cet effet, tels accords internationaux qu’elle juge utiles pour faciliter la libre circulation des idées, par le mot et par l’image ».




<- retour vers Actualités
Retour en haut de la page