12.09.2011 - UNESCOPRESS

La Directrice générale condamne le meurtre de Hadi Al-Mahdi, figure impertinente du journalisme iraquien

La Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a condamné aujourd’hui le meurtre de l’un des journalistes de radio iraquiens les plus connus, Hadi Al-Mahdi, et demandé qu’une enquête soit menée sur ce crime.

« Je condamne le meurtre de Hadi Al-Mahdi », a déclaré la Directrice générale. « Hadi Al-Mahdi, comme tous les autres journalistes et chroniqueurs courageux, sont l’âme même du débat démocratique. Ils mettent en pratique le droit fondamental à la liberté d’expression pour le bénéfice de tous. Ceux qui tuent les journalistes doivent être traduits en justice afin d’éviter que la peur ne paralyse les médias et les simples citoyens qui comptent sur les journalistes professionnels pour leur fournir des informations et des analyses afin d’éclairer leurs choix politiques  ».

Hadi Al-Mahdi, 44 ans, animait l’une des émissions les plus populaires à Bagdad sur Radio Demozy. Diffusée trois fois par semaine, le programme d’Al-Mahdi abordait de manière très critique de nombreux sujets, notamment la corruption.

Le journaliste a été tué de plusieurs balles. Il a été retrouvé mort à son domicile dans le centre-ville de Bagdad le 8 septembre.  D’après Reporters sans frontières, Al-Mahdi avait reçu des menaces mais avait refusé de se laisser intimider.

                                              *****

L’UNESCO est l’agence des Nations Unies dont la mission consiste à défendre la liberté d’expression et la liberté de la presse. En vertu de l’Article premier de son Acte constitutif, l’Organisation est tenue « d’assurer le respect universel de la justice, de la loi, des droits de l’homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinction de race, de sexe, de langue, ou de religion, que la Charte des Nations Unies reconnaît à tous les peuples ». À cette fin, elle « favorise la connaissance et la compréhension mutuelle des nations en prêtant son concours aux organes d’information des masses ; elle recommande, à cet effet, tels accords internationaux qu’elle juge utiles pour faciliter la libre circulation des idées, par le mot et par l’image ».

 




<- retour vers Actualités
Retour en haut de la page