25.07.2014 - UNESCOPRESS

La Directrice générale dénonce l'assassinat de deux journalistes en Syrie: Omar Abdul Qader et Ali Mostafa

La Directrice générale de l'UNESCO, Irina Bokova, a déploré aujourd'hui la mort de deux journalistes en Syrie, Omar Abdul Qader et Ali Mostafa, et rappelé l'importance de l'accès à l'information dans la résolution des conflits.

« Je suis profondément préoccupée par la mort d'Omar Abdul Qader et Ali Mostafa, deux professionnels des médias dont les noms sont à ajouter à la trop longue liste des victimes civiles en Syrie. Il est essentiel que les journalistes puissent rendre compte de situations difficiles et je demande instamment à toutes les parties d’aider les travailleurs des médias à accomplir leur travail aussi bien que possible, même dans les conditions extrêmes auxquelles ils sont confrontés en Syrie ».

Omar Abdul Qader, âgé de 27 ans, cameraman pour la chaîne de télévision Al-Mayadeen basée à Beyrouth, a été abattu le 8 mars alors qu'il couvrait des affrontements dans la province de Deir Al-Zour, à l’est du pays.

Un jour plus tard, le journaliste pigiste canadien Ali Moustafa, âgé de 29 ans, était parmi les huit victimes des deux attentats à la bombe consécutifs commis à Alep ce jour-là.

Leur mort porte à cinq le nombre de professionnels des médias tués en Syrie dont le meurtre a été condamné par la Directrice générale au cours de l’année écoulée.

                                       ****

Contact médias : Sylvie Coudray, +33 (0) 1 45 68 42 12

L’UNESCO est l’agence des Nations Unies dont la mission consiste à défendre la liberté d’expression et la liberté de la presse. En vertu de l’Article premier de son Acte constitutif, l’Organisation est tenue « d’assurer le respect universel de la justice, de la loi, des droits de l’homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinction de race, de sexe, de langue, ou de religion, que la Charte des Nations Unies reconnaît à tous les peuples ». À cette fin, elle « favorise la connaissance et la compréhension mutuelle des nations en prêtant son concours aux organes d’information des masses ; elle recommande, à cet effet, tels accords internationaux qu’elle juge utiles pour faciliter la libre circulation des idées, par le mot et par l’image ».

 

 




<- retour vers Actualités
Retour en haut de la page