04.03.2013 - UNESCOPRESS

La Directrice générale déplore la mort du reporter-photographe français Olivier Voisin blessé pendant le conflit syrien

La Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a exprimé sa profonde tristesse à l’annonce de la mort d'Olivier Voisin, photographe de presse français, qui a succombé le 24 février à ses blessures. Il avait été touché par des éclats d'obus en Syrie trois jours plus tôt.

« Je suis préoccupée par la nouvelle de la mort d’Olivier Voisin, dont la disparition  s’ajoute à la longue liste des journalistes tués en Syrie. Les médias paient un prix intolérable pour exercer leur droit à nous informer et j’appelle toutes les parties prenantes au conflit syrien à renforcer la sécurité des journalistes. »

Olivier Voisin, 38 ans, est décédé dans un hôpital de la ville d'Antakya en Turquie où il était soigné pour des blessures subies dans la province syrienne d'Idlib, le 21 février. Olivier Voisin collaborait à plusieurs médias dont l'Agence France Presse, Le Monde et The Guardian.

La mort d’Olivier Voisin porte à 47 le nombre de journalistes citoyens et professionnels qui ont fait l’objet d’une condamnation par la Directrice générale depuis le début des combats en Syrie en 2011.   

La liste complète des journalistes assassinés se trouve sur le Mémorial UNESCO des journalistes assassinés.

****

            Contact médias : Sylvie Coudray, s.coudray(at)unesco.org,  +33 (0)1 45 68 42 12

 

L’UNESCO est l’agence des Nations Unies dont la mission consiste à défendre la liberté d’expression et la liberté de la presse. En vertu de l’Article premier de son Acte constitutif, l’Organisation est tenue « d’assurer le respect universel de la justice, de la loi, des droits de l’homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinction de race, de sexe, de langue, ou de religion, que la Charte des Nations Unies reconnaît à tous les peuples ». À cette fin, elle « favorise la connaissance et la compréhension mutuelle des nations en prêtant son concours aux organes d’information des masses ; elle recommande, à cet effet, tels accords internationaux qu’elle juge utiles pour faciliter la libre circulation des idées, par le mot et par l’image ».

 




<- retour vers Actualités
Retour en haut de la page