09.08.2012 - UNESCOPRESS

La Directrice générale de l’UNESCO déplore le meurtre du reporter iraquien Ghazwan Anas et demande une sécurité renforcée

La Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a demandé aujourd’hui qu’une enquête soit menée sur le meurtre survenu le 31 juillet de Ghazwan Anas, un journaliste sportif tué à Mossoul, dans la région du Kurdistan située au nord du pays.

« Je condamne le meurtre de Ghazwan Anas », a déclaré la Directrice générale. « Ce crime constitue une atteinte intolérable à la liberté d’expression qui est un droit fondamental, pierre angulaire de toute démocratie. La liberté d’enquêter et de rendre compte de sujets importants permet d’alimenter le débat de société.  Les journalistes doivent pouvoir travailler sans craindre des représailles ».

Ghazwan Anas, 27 ans, animait plusieurs émissions sur Sama Mosul, une télévision locale qui a commencé à émettre l’année dernière. D’après Reporters sans frontières, il abordait souvent des sujets controversés en tant que journaliste et a été visé pour des raisons liées à son travail. Lui et sa famille s’apprêtaient à rompre le jeûne du ramadan lorsque quatre hommes armés ont fait irruption chez eux. Blessés pendant l’attaque, la mère du journaliste, sa femme et son fils de quatre mois sont dans un état critique.

Ghazwan Anas est le deuxième journaliste tué en Iraq cette année. Le premier, Kamiran Salaheddin avait trouvé la mort le 2 avril dans un attentat à la voiture piégée. La liste complète des journalistes assassinés se trouve sur le Mémorial UNESCO des journalistes assassinés. 

****

Contact médias : Sue Williams, +33 (0) 1 45 68 17 06, s.williams(at)unesco.org

L’UNESCO est l’agence des Nations Unies dont la mission consiste à défendre la liberté d’expression et la liberté de la presse. En vertu de l’Article premier de son Acte constitutif, l’Organisation est tenue « d’assurer le respect universel de la justice, de la loi, des droits de l’homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinction de race, de sexe, de langue, ou de religion, que la Charte des Nations Unies reconnaît à tous les peuples ». À cette fin, elle « favorise la connaissance et la compréhension mutuelle des nations en prêtant son concours aux organes d’information des masses ; elle recommande, à cet effet, tels accords internationaux qu’elle juge utiles pour faciliter la libre circulation des idées, par le mot et par l’image ».

 

 

 

UNESCO is the only United Nations agency with a mandate to defend freedom of expression and press freedom. Article 1 of its Constitution requires the Organization to “further universal respect for justice, for the rule of law and for the human rights and fundamental freedoms which are affirmed for the peoples of the world, without distinction of race, sex, language or religion, by the Charter of the United Nations.” To realize this the Organization is requested to “collaborate in the work of advancing the mutual knowledge and understanding of peoples, through all means of mass communication and to that end recommend such international agreements as may be necessary to promote the free flow of ideas by word and image…”

 

****

UNESCO Media contact

Sue Williams

Tel: +33(0)1 4568 1706; s.williams@unesco.org

 




<- retour vers Actualités
Retour en haut de la page