21.05.2008 -

Le Directeur général de l'UNESCO exprime son inquiétude après le meurtre du journaliste indien Ashok Sodhi

Le Directeur général de l'UNESCO, Koïchiro Matsuura, s'est dit préoccupé aujourd'hui après la mort du photojournaliste indien Ashok Sodhi, tué alors qu'il couvrait un incident armé survenu dans le Cachemire le 11 mai.

« Je déplore la mort d'Ashok Sodhi », a déclaré le Directeur général. « La sécurité des journalistes est un sujet de préoccupation fondamental dans toute démocratie. Il est essentiel que les reporters puissent effectuer leur travail et informer le public, y compris dans les zones de conflit. Leur statut en tant que civils doit être respecté », a conclu M. Matsuura.

 

Touché alors qu'il couvrait un incident dans le district de Samba, à 45 kilomètres au sud de Jammu, M. Sodhi est mort des suites de ses blessures par balles. Reporter depuis 25 ans, M. Sodhi travaillait pour le Daily Excelsior, l'un des principaux journaux de l'Etat de Jammu et Cachemire.

 

L'UNESCO est la seule agence des Nations Unies qui a un mandat pour défendre la liberté d'expression et la liberté de la presse. En vertu de l'article 1 de son Acte constitutif, l'Organisation se doit « d'assurer le respect universel de la justice, de la loi, des droits de l'homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinction de race, de sexe, de langue ou de religion, que la Charte des Nations Unies reconnaît à tous les peuples. » Pour y parvenir l'Organisation doit favoriser « la connaissance et la compréhension mutuelle des nations en prêtant son concours aux organes d'information des masses et recommande, à cet effet, tels accords internationaux qu'elle juge utiles pour faciliter la libre circulation des idées, par le mot et par l'image... »




<- retour vers Actualités
Retour en haut de la page