16.04.2012 - UNESCOPRESS

La Directrice générale demande une sécurité renforcée pour les journalistes en Somalie et dénonce le meurtre du reporter Mahad Salad Adan

La Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a déploré aujourd’hui le meurtre de Mahad Salad Adan, également connu sous le nom de Mahad Jamal, survenu au début du mois d’avril dans la région d’Hiran, dans le centre de la Somalie. Elle a également demandé que des mesures soient adoptées pour améliorer la sécurité des journalistes travaillant dans le pays.

[Translate to francais:] “I condemn the murder of Mahad Salad Adan in Somalia where all too many journalists are paying with their life for exercising their profession and trying to uphold the fundamental human right to free expression,” the Director-General said. “I call on the authorities and on the belligerent factions in Somalia to respect the civilian status of journalists and let them provide their essential contribution to public debate.”

« Je condamne le meurtre de Mahad Salad Adan en Somalie, où trop de journalistes payent de leur vie pour exercer leur profession et défendre le droit fondamental à la liberté d’expression », a déclaré la Directrice générale. « J’en appelle aux autorités et aux factions belligérantes en Somalie pour respecter le statut civil des journalistes et leur permettre d’apporter leur contribution essentielle au débat public ».

Mahad Salad Adan, correspondant au Shabelle Media Network, aurait été tué par trois hommes armés à proximité de son domicile dans le village de Howlwadag, à l’ouest de Beledeweyne, la capitale du Hiran, le 5 avril.

Le meurtre de Mahad Salad Adan porte à dix-sept le nombre de journalistes et de professionnels des médias tués en Somalie depuis 2008. Ils sont recensés sur la page du Mémorial UNESCO des journalistes assassinés 

 

En 2011, l’UNESCO a fourni du matériel et assuré des formations sur les questions de sécurité, sur la couverture des conflits et des crises humanitaires à plus de 40 professionnels des médias en Somalie. L’objectif de cette assistance est de renforcer la qualité et le flux des informations humanitaires dans le pays et les camps de réfugiés voisins. L’année dernière, l’UNESCO, en collaboration avec le Centre de formation de Radio Netherlands, a formé 20 journalistes de radio communautaires afin de les aider à améliorer leur capacité à travailler dans un environnement conflictuel.

***

Contact média : Sylvie Coudray, +33 (0) 1 45 68 42 12

 

L’UNESCO est l’agence des Nations Unies dont la mission consiste à défendre la liberté d’expression et la liberté de la presse. En vertu de l’Article premier de son Acte constitutif, l’Organisation est tenue « d’assurer le respect universel de la justice, de la loi, des droits de l’homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinction de race, de sexe, de langue, ou de religion, que la Charte des Nations Unies reconnaît à tous les peuples ». À cette fin, elle « favorise la connaissance et la compréhension mutuelle des nations en prêtant son concours aux organes d’information des masses ; elle recommande, à cet effet, tels accords internationaux qu’elle juge utiles pour faciliter la libre circulation des idées, par le mot et par l’image ».

 

 




<- retour vers Actualités
Retour en haut de la page