07.06.2012 - UNESCOPRESS

La Directrice générale demande une enquête sur le meurtre du journaliste Abdul Qadir Hajizai au Balouchistan, Pakistan

La Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a déploré aujourd’hui le meurtre du journaliste de télévision Abdul Qadir Hajizai et demandé qu’une enquête soit menée sur cette atteinte au droit fondamental à la liberté d’expression.

« Je condamne l’assassinat d’Abdul Qadir Hajizai et exhorte les autorités à traduire en justice les auteurs de cette nouvelle atteinte à la liberté d’expression », a déclaré la Directrice générale. « Le niveau alarmant de violence dans la région et le nombre d’attaques contre les journalistes en particulier compromet la capacité des individus à prendre part à un débat éclairé, qui est la pierre angulaire de la démocratie et de l’’Etat de droit. Il est par conséquent essentiel que les auteurs de ces crimes répondent de leurs actes ».

D’après les informations recueillies, Abdul Qadir Hajizai, directeur d’école et journaliste pour une chaîne de télévision en langue baloutche, Wash TV, a été abattu le 28 mai par des hommes armés sur une moto dans la zone de Basima, dans le district de Washik. 

Vingt-huit journalistes ont été tués au Pakistan depuis 2008. Ils sont recensés sur le site de l’UNESCO sur la page consacrée au Mémorial UNESCO des journalistes assassinés. 

****

Contact médias : Sylvie Coudray, +33 (0) 1 45 68 42 12

 

L’UNESCO est l’agence des Nations Unies dont la mission consiste à défendre la liberté d’expression et la liberté de la presse. En vertu de l’Article premier de son Acte constitutif, l’Organisation est tenue « d’assurer le respect universel de la justice, de la loi, des droits de l’homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinction de race, de sexe, de langue, ou de religion, que la Charte des Nations Unies reconnaît à tous les peuples ». À cette fin, elle « favorise la connaissance et la compréhension mutuelle des nations en prêtant son concours aux organes d’information des masses ; elle recommande, à cet effet, tels accords internationaux qu’elle juge utiles pour faciliter la libre circulation des idées, par le mot et par l’image ».

 

 

 

 




<- retour vers Actualités
Retour en haut de la page