28.01.2013 - Secteur de la Communication et de l'information

Les enseignants exhortent l’UNESCO à contextualiser davantage son modèle de cursus

Les modèles de cursus de journalisme de l’UNESCO, lancés en 2007, représentent toujours une ressource importante pour les enseignants en journalisme, notamment lorsqu’ils sont adaptés aux conditions locales. Telle est la conclusion de plusieurs enseignants en journalisme dans le cadre d’un récent groupe d’étude lors de la 4ème Conférence européenne sur la communication de l’ECREA (European Communication Research and Education Association) qui s’est déroulée à Istambul en Turquie.

Le Dr Incilay Cangöz, professeure agrégée de l’université d’Anadolu, a fait remarquer que le cursus devrait refléter davantage l’évolution des besoins du secteur médiatique tout en se concentrant sur des questions politiques et sociales plus larges.

Son homologue espagnole, la Prof. Pilar Carrera de la Universidad Carlos III de Madrid, a remis en cause la notion d’un enseignement « interdisciplinaire » du journalisme, expliquant que le journalisme devait être reconnu dans le cadre académique comme un domaine « essentiel, défini et autonome ».

Le Dr Steffen Burkhardt de l’université de Hambourg a lui aussi ajouté son grain de sel et a déploré que le modèle de cursus de l’UNESCO soit trop souvent associé aux « pays moins exigeants sur la question des droits de l’homme et de la liberté d’expression ». Il explique par ailleurs que « l’universalisation de l’enseignement du journalisme requiert […] une élite mondiale d’enseignants en journalisme […] capable d’adapter les compétences universelles à la spécificité de leur région. »

Le Dr Kim Sawchuk de la Concordia University a, quant à elle, déclaré qu’elle se méfiait du terme et de la notion d’universel, appelant à des « négociations » pédagogiques du journalisme. Elle a incité ses collègues à « mettre au point des cursus de journalisme qui s’appuient sur et tiennent compte des spécificités locales.

Le groupe d’étude de l’UNESCO qui s’est réuni le 27 octobre 2012, visait à établir une interrogation critique prenant en compte l’universel et le particulier sur l’élaboration des cursus de journalisme. Le groupe a également permis l’examen par des pairs de deux programmes éducatifs sur la viabilité des médias et le journalisme de données. Ces programmes, et de nombreux autres, seront publiés en juillet 2013 comme recueil de nouveaux programmes destinés à mettre à jour le modèle de cursus et seront disponibles en téléchargement sur le site de l’UNESCO. 

On comptait parmi les autres intervenants, le Prof. Kaarle Nordenstreng de l’université de Tampere, le Prof. Cees Hamelink de l’université d’Amsterdam, Mme Saltanat Kazhimuratova de l’Institut de sciences sociales d’Almaty et le Prof. Daya K. Thussu de l’université de Westminster.




<- retour vers Actualités
Retour en haut de la page