09.05.2011 -

Les journalistes égyptiens parlent de la liberté de la presse après des décennies de répression

Le Bureau de l'UNESCO au Caire a soutenu la commémoration de la Journée mondiale de la liberté de la presse organisée le 3 mai 2011 au siège du Syndicat des journalistes égyptiens. L'événement a réuni environ 200 journalistes, parmi lesquels de grandes figures des médias égyptiens et des rédacteurs en chef des principaux journaux du pays.

L'événement du Caire a été diffusé en direct par Internet au Siège des Nations Unies à New York et à la conférence de la Journée mondiale de la liberté de la presse qui avait lieu à Washington DC. Les médias publics et privés, tels Al Jazeera, Dream et Nile TV, ont couvert la cérémonie dans leurs bulletins d'informations du soir.

 

Sous la devise "Liberté d'expression pour tous", la commémoration a été l'occasion de rendre hommage aux victimes de la révolution et de s'interroger sur ce qu'avait à offrir la presse au public après la révolution.

 

Lors de la cérémonie d'ouverture, la directrice du Centre d'information des Nations Unies en Egypte, Mme Khawla Mattar, a fait part du message commun du Secrétaire général de l'ONU, de la Directrice générale de l'UNESCO et de la Haute Commissaire de l'ONU pour les droits de l'homme. Le représentant du Bureau de l'UNESCO au Caire a présenté une vidéo dans laquelle la Directrice générale de l'UNESCO, Mme Irina Bokova, rappelle l'importance de la liberté d'expression pour l'ensemble de la société et le rôle crucial de la liberté de la presse dans les périodes de transition démocratique.

 

Des représentants du Syndicat des travailleurs égyptiens, du Syndicat des journalistes et de la Cour suprême ont abordé avec des écrivains, des journalistes et des formateurs divers sujets, tels que le rôle des nouveaux médias après la révolution, la législation en vigueur et les nouvelles règles professionnelles des journalistes en Egypte.

 

Une exposition présentait les photographies de grands reporters prises pendant la révolution égyptienne. Une exposition de livres était aussi organisée pour permettre aux participants de découvrir le travail des organisations de défense des droits de l'homme dans le domaine de la liberté d'expression, de la sécurité des journalistes et du développement des médias. Des publications de l'UNESCO y figuraient aussi.

L'Assemblée générale des Nations Unies a proclamé la Journée mondiale de la liberté de la presse en 1993, suivant la recommandation adoptée à la vingt-sixième session de la Conférence générale de l'UNESCO en 1991. L'UNESCO a choisi cette année Washington DC (Etats-Unis) pour les commémorations officielles. Le Prix mondial de la liberté de la presse UNESCO/Guillermo Cano 2011 est décerné au journaliste iranien Ahmad Zeidabadi, actuellement détenu, en hommage à son exceptionnel courage, à sa résistance et à son engagement en faveur de la liberté d'expression, de la démocratie et des droits de l'homme.




<- retour vers Actualités
Retour en haut de la page