18.09.2013 - Communication & Information Sector

Au Cambodge, les journalistes citoyens font entendre leur voix

© Cambodian Center for Independent Media (CCIM)

Après avoir suivi récemment un programme de formation au journalisme citoyen, organisé avec le soutien de l’UNESCO, une ancienne de la province de Preah Vihear, au Cambodge, évoque son sentiment de vraiment peser dans la balance. « Nous trouvons le courage de protester, car nous comprenons à présent ce que sont la liberté d’expression et les droits qui s’y rattachent, » a-t-elle déclaré lors d’une discussion de groupe dans le cadre de ce programme de formation, qui concerne également les provinces de Mondol Kiri et de Rotanah Kiri.

Le projet « Encourager l’engagement des communautés et des médias pour la liberté d’expression au Cambodge » s’adresse aux individus en marge de la société, en particuliers les femmes et les minorités ethniques, et les aide à profiter pleinement de leur liberté d’expression et d’information grâce à la radio et aux médias sociaux.

Ce projet est mené avec le soutien du Programme international pour le développement de la communication (PIDC) de l’UNESCO et celui du Centre des médias indépendants du Cambodge (CCIM).

À ce jour, 60 journalistes citoyens ont été formés dans les trois provinces concernées et peuvent utiliser les compétences journalistiques qu’ils ont acquises afin de sensibiliser leur entourage aux accusations de violation des droits humains. Ils ont déjà réalisé 22 reportages, diffusés sur les stations radios du CCIM et d’autres radios locales dans 5 villes et provinces du Cambodge.

Les réseaux entre médias et membres de la communauté se sont également vus renforcés, de façon à encourager le dialogue, la transparence ainsi qu’une bonne gouvernance. Le CCIM a proposé à trois des participants au programme de travailler comme journalistes indépendants.

Les journalistes citoyens ont tissé avec les médias des liens plus étroits, ainsi ceux des communautés en marge sont de mieux en mieux informés des actualités. Ils sont alors en mesure de participer au développement de la communauté et de faire les bons choix pour s’assurer que leurs représentants officiels respectent leurs obligations envers eux.

Morm Kanha et Rath Rachana, deux journalistes citoyens de la communauté Brome, constatent déjà un changement. « En adhérant à un code d’éthique journalistique, écrivent-ils, nous avons plus de poids pour obtenir des informations auprès des autorités locales. »




<- retour vers Actualités
Retour en haut de la page