02.05.2014 - Communication & Information Sector

Selon l’UNESCO, les médias libres font partie intégrante du développement durable

L’impact des médias libres et indépendants est scientifiquement démontrable ; il soutient une gouvernance inclusive ainsi que le mandat normatif du système des Nations Unies. Cette idée est le point central développé dans un résumé de débat publié par l’UNESCO dans lequel l’organisation expose son idée sur la façon de traiter les médias libres comme faisant partie intégrante de l’agenda du développement post-2015.

Le rapport dévoilé lors de la 58ème réunion du Bureau du Conseil intergouvernemental du Programme international pour le développement de la communication(PIDC) vise à préciser en quoi l’UNESCO voit une opportunité pour la communauté internationale de concrétiser la connexion entre des médias libres, indépendants et pluralistes, et le développement durable.

Le résumé est mentionné dans  une mise à jour du statut de l’initiative du Développement des médias axé sur le savoir approuvée par le PIDC et présentée par Fackson Banda, spécialiste de programme du secteur de la liberté d’expression et du développement des médias de l’UNESCO.

La présentation a souligné le fait que le PIDC avait collecté suffisamment de données du projet de mise en place de développement des médias afin de permettre aux États membres d’aboutir à une idée claire sur la façon dont les médias indépendants peuvent soutenir leurs objectifs de développement.

Le résumé liste trois arguments clés pour la mise en œuvre de cette question : tout d’abord, le fait qu’il existe suffisamment de données empiriques qui suggèrent que les médias libres ont un effet positif sur le développement durable ; ensuite, l’idée que toute action qui vise à intégrer les médias libres au cœur de la démocratie et du développement est un indicateur de bonne gouvernance – le rapport insiste sur le fait que le Open Working Groupe des Nations Unies fait constamment référence à cette question dans ses rapports ; enfin, le fait que le soutien aux médias libres rejoint le mandat principal du système des Nations Unies – acceptés par beaucoup d’États membres.

La réunion du Bureau qui s’est tenue les 20 et 21 mars 2014 au siège de l’UNESCO à Paris a également entendu le positionnement de l’Organisation qui s’engage dans deux sens : créer un savoir qui pourrait être utilisé afin d’augmenter le soutien international aux médias et continuer à travailler pour établir une base de preuves solides pour le rôle des médias dans différents aspects du développement durable.

Les membres du Bureau ont reçu un rapport d’analyse élaboré à partir des rapports de mise en place du PIDC préparés par les quelques 200 bénéficiaires du Programme. Le rapport – élément phare de la contribution de l’UNESCO au débat sur le développement des médias – a traité plusieurs questions, dont la nécessité d’une meilleure compréhension du contexte culturel et institutionnel de la mise en place du projet PIDC.

En acceptant la mise à jour du statut de l’initiative, les membres du Bureau ont mentionné que l’UNESCO était la mieux placée pour donner des éléments fondés sur la relation entre le développement des médias et le développement durable.




<- retour vers Actualités
Retour en haut de la page