29.04.2011 -

Sortie du rapport mondial sur le statut des femmes dans les médias

Afin de promouvoir la place des femmes dans le circuit de production et de diffusion de l'information, l'UNESCO et la Fondation internationale des femmes dans les médias (IWMF) se sont associées pour effectuer une étude mondiale dont les résultats sont publiés dans un rapport sur les femmes dans les médias.

Le rapport <a target=_blank href="http://iwmf.org/pdfs/IWMF-Global-Report.pdf">Global Report on the Status of Women in the News Media</a> présente un ensemble de données fiables et complètes qui permet de déterminer avec précision quelle est actuellement la place des femmes dans le circuit de production de l'information, dans la hiérarchie et dans la structure dirigeante des entreprises du secteur des médias.

 

"Cette publication est un jalon important dans le débat sur l'inégalité femmes-hommes et les médias d'information. C'est un apport au travail que mène actuellement l'UNESCO pour définir des indicateurs sexospécifiques pour les médias, dans la mesure où le rapport met en évidence les fractures que ces indicateurs pourraient contribuer à supprimer" explique Janis Karklins, sous-directeur général de l'UNESCO pour la communication et l'information.

 

L'étude s'est déroulée sur une période de deux ans. L'objectif était de dresser le tableau le plus complet à ce jour sur le statut des femmes à travers le monde dans la propriété des médias, l'édition, la gouvernance, le reportage, l'éditorial, le photojournalisme, la production audiovisuelle et les autres métiers du secteur.

 

Plus de 150 chercheurs ont interrogé des cadres de plus de 500 entreprises dans 59 pays, en s'appuyant sur un questionnaire exhaustif.

 

Dans l'ensemble, l'étude a mis en évidence des plafonds de verre dans 20 des 59 pays étudiés, concernant généralement les postes d'encadrement et de direction. Un peu plus de la moitié des entreprises interrogées avait défini une politique de parité, ce chiffre allant de 16 pour cent en Europe orientale à 69 pour cent en Afrique occidentale et subsaharienne.

 

"Le défi que doit relever l'UNESCO, poursuit M. Karklins, consiste à intégrer ces recherches de manière innovante dans ses programmes ordinaires et extrabudgétaires. Si certaines données indiquent que les femmes réussissent à briser les plafonds de verre, il y a cependant lieu de s'inquiéter car ce n'est pas le cas dans tous les pays étudiés."

 

L'étude montre également que les femmes sont sous-représentées dans les métiers du journalisme partout dans le monde, à l'exception de l'Europe orientale. Il ne faut cependant pas en déduire, conclut le rapport, que le nombre de femmes et leur statut professionnel n'ont pas progressé ces dernières années. Cela indique plutôt que les femmes rencontrent toujours des difficultés pour accéder au métier de journaliste dans beaucoup de rédactions.

 

D'autres partenaires qui ont soutenu le rapport mondial comprennent la Fondation Ford, la Fondation Loreen Arbus, Carolan K. Stiles, Centre pour la communication et l'information, ainsi que la fondation de la compagnie McClatchy.

 

Pour l'UNESCO, l'égalité des genres est une question prioritaire. La stratégie de l'UNESCO consiste à promouvoir des programmes sexospécifiques et l'intégration de l'approche genre dans tous ses domaines de compétence : éducation, sciences, culture, communication et information. Cette stratégie s'applique à tous les niveaux d'intervention, de la définition des politiques d'orientation aux actions de sensibilisation et de plaidoyer, de la recherche à la formation professionnelle et au renforcement des capacités institutionnelles.

 

Concrètement, dans le domaine de la communication, l'UNESCO vise à "accroître la participation et l'accès des femmes à l'expression et au processus décisionnel dans et par les médias et les nouvelles technologies de la communication". L'Organisation a travaillé avec la Fédération internationale des journalistes pour définir et diffuser des recommandations sur l'égalité des genres dans la pratique journalistique et les organisations des médias. L'UNESCO s'est récemment associée avec de grands acteurs du secteur pour mettre au point des indicateurs sexospécifiques pour les médias.




<- retour vers Actualités
Retour en haut de la page