06.09.2012 - Secteur de la Communication et de l'information

Le Comité régional « Mémoire du monde » pour l'Asie et le Pacifique rencontre la nouvelle conseillère de l’UNESCO

De gauche à droite : Karolin Rist (UNESCO), Rosa Gonzalez (UNESCO), Helen Swinnerton (MoWCAP) Ruben Cabezas (UNESCO), Ray Edmonson (MoWCAP) - © UNESCO

Le Comité régional « Mémoire du monde » pour l'Asie et le Pacifique (MoWCAP) a tenu le 31 août une séance d’information au Bureau de l’UNESCO à Bangkok, à l’occasion de la nomination de la nouvelle conseillère de l’UNESCO pour la communication et l’information, Rosa Gonzalez. Au cours de cette séance, les membres du Comité ont parlé des résultats de la cinquième assemblée générale du MoWCAP, qui s’est tenue en mai, de projets MoWCAP actuels, comme la présence en ligne ou les approches complémentaires à la sauvegarde du patrimoine culturel, ainsi que de la structure et du cadre juridique de Mémoire du monde.

La conseillère communication et information a souligné « le travail remarquable réalisé dans cette partie du monde par le comité MoWCAP, lequel a travaillé activement en faveur du Programme Mémoire du monde, en sensibilisant les gouvernements et les organismes locaux aux questions de préservation documentaire et en encourageant les soumissions au Registre national. » Elle a ajouté : « Les membres du MoWCAP ne ménagent pas leurs efforts pour permettre à l’UNESCO d’atteindre les objectifs du Programme ».

Interrogée sur le futur du Programme, Mme Gonzalez a assuré que « Mémoire du monde continuera à encourager la préservation et l’accès au patrimoine documentaire dans cette partie du monde avec l’aide et le soutien de partenaires engagés. Le Programme Mémoire du monde a atteint un niveau de visibilité important dans les États membres, et nous devons faire en sorte qu’il gagne encore en visibilité après cette année marquant le 20e anniversaire du Programme. Mémoire du monde devra également attirer des donateurs pour garantir la possibilité de mettre en œuvre une stratégie d’ensemble au cours des prochaines années ».

Pour Ray Edmondson, président de MoWCAP, les objectifs du Programme Mémoire du monde relèvent principalement du long terme. « Nous souhaitons changer la façon dont les citoyens pensent, augmenter la valeur et l’importance que les communautés et les gouvernements accordent à leur patrimoine culturel, rendre ce patrimoine plus visible, et accroître les ressources destinées à sa protection et à son accessibilité. Je m’attends à ce que l’on voie le Registre s’enrichir de nouvelles inscriptions, et pense que nous serons tous mieux informés sur quelques questions de préservation essentielles. Nous repartirons avec des idées que nos collègues auront partagées, nous serons confortés dans notre vocation et saurons que nous ne sommes pas seuls. Nous travaillons pour que le patrimoine documentaire soit protégé dans les années à venir, et aussi longtemps que possible ; c’est pourquoi nous devons avoir une vision à long terme. »

L’UNESCO a mis en place le Programme Mémoire du monde en 1992 pour préserver et promouvoir le patrimoine documentaire mondial, de façon similaire à la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, qui reconnaît des sites naturels et culturels importants. Chaque jour, des fragments, voire des pans entiers du patrimoine documentaire disparaissent à jamais. Le Comité Mémoire du monde pour l’Asie et le Pacifique (MoWCAP) vise à favoriser la préservation et l’accès au patrimoine documentaire dans cette partie du monde, où nombreuses sont les archives, bibliothèques et autres institutions qui détiennent des collections rares de manuscrits ou d’autres documents précieux (sous forme écrite, audiovisuelle ou électronique), mais qui sont confrontées à des défis de préservation immenses.




<- retour vers Actualités
Retour en haut de la page