04.03.2009 -

Sommes-nous dans une transition chaotique vers l’incertain ?

.

C'est bel et bien la plus grande crise économique depuis 1929 - les experts internationaux réunis au Forum UNESCO du Futur (lundi 3 mars) sont d'accord là-dessus. Ses conséquences peuvent être désastreuses, à commencer par la mort de deux millions d’enfants d’ici à 2015.

Quelque 200 millions de nouvelles personnes(hausse de 6,1% par rapport à 2007), majoritairement en Afrique, pourraient se retrouver à vivre avec moins de 1,25 dollars par jour et le nombre de chômeurs dans le monde pourrait augmenter au cours de cette année de 30, voire 50 millions, si la situation continue de se dégrader. Cela signifierait un taux de chômage de 7,1% et 230 millions de chercheurs d’emploi dans le monde, dont plus de la moitié seraient des femmes.

Le monde a considérablement changé depuis la Grande dépression et la crise actuelle a ses propres spécificités dont dépendront nos réponses. Mondialisation oblige, elle n’épargne personne et avant tout ceux qui n’y sont pour rien : les femmes, par exemple, ou les populations vulnérables de l'Afrique. Elle affecte tous les aspects de la société : l’éducation, la sécurité alimentaire, les perspectives d’une économie verte… Elle accentue les « égoïsmes nationaux » et attise la xénophobie. Cette crise n’est pas seulement économique, mais aussi morale. C’est une crise du système que nous avons construit.

Les experts redoutent que les aspects financiers de cette crise ne mobilisent toute l’attention des décideurs politiques et ne détournent les investissements prévus pour l’éducation, la recherche scientifique, la culture, l’environnement. Cela ne ferait que l’aggraver et la faire durer. Aussi, proposent-ils qu’elle soit considérée comme une bonne occasion pour repenser « le système malade », ou, pour employer l’expression de Walter Fust, directeur du Global Humanitarian Forum (voir interview), « reconstruire la maison-monde ».

Les experts n’ont pas de solutions magiques à proposer. Nous nous trouvons dans « une transition chaotique vers l’incertain », a déclaré l’un d’entre eux. Mais, ils ont une certitude : à crise mondiale – solutions mondiales.





<- retour vers Actualités
Retour en haut de la page