02.10.2013 - Communication & Information Sector

Une collection documentaire consacrée à la civilisation islamique mise en ligne avec le soutien de l’UNESCO

Salle de lecture (avec l’autorisation de l’IDEO).

Le bureau de l’UNESCO au Caire est à l’origine d’un projet visant à aider la plus grande bibliothèque spécialisée du Caire à moderniser l’accès public en ligne à sa collection, laquelle rassemble 155 000 volumes liés à l’héritage arabe, égyptien et islamique. Cette collection unique, connue dans le monde entier, appartient à l’Institut dominicain d’études orientales (IDEO).

Ces dernières années, l’IDEO a développé son propre logiciel de catalogage, AlKindi v.4. « Aujourd’ui, grâce au soutien de l’UNESCO, l’IDEO est fier de figurer parmi les premières bibliothèques au monde à présenter son catalogue en ligne, conforme aux nouvelles normes, » annonce Rémi Cheno, chercheur de l’IDEO. Le catalogue actuellement en ligne (v.3) est consulté par 2 800 personnes par jour en moyenne, qui recherchent 73 800 pages environ.

A travers ce projet, l’UNESCO cherche à réorienter l’accès au catalogue selon une approche contextuelle, historique et critique de l’héritage arabo-islamique. Déjà considéré par la recherche mondiale sur l’Islam comme une précieuse référence académique, ce catalogue affichera désormais le contexte historique et éditorial de chaque document proposé en réponse aux requêtes des utilisateurs. Il restera un outil gratuit, destiné aux chercheurs du monde entier.

Le projet en est actuellement à sa quatrième étape. Un module en ligne en cours de développement permettra à tous les chercheurs d’enrichir le catalogue en y apportant des précisions contextuelles.

Grâce à ce travail de cartographie culturelle, les étudiants, universitaires et chercheurs du monde entier seront à même de mieux appréhender cette vaste collection de pensées humaines et d’y accéder plus facilement. Ce projet intensifiant la recherche scientifique sur l’héritage arabo-islamique favorisera également la collaboration entre des mondes aux cultures différentes.




<- retour vers Actualités
Retour en haut de la page