22.03.2012 - UNESCOPRESS

Paris, la Nouvelle-Orléans et l’Assemblée générale des Nations Unies célèbrent la Journée internationale du jazz avec l’UNESCO

Des musiciens et des amateurs de musique des cinq continents s’apprêtent à célébrer la première Journée internationale du jazz le 30 avril. L’UNESCO a proclamé cette Journée lors de sa Conférence générale l’année dernière afin de reconnaître le jazz comme un langage universel de liberté et de créativité.

Les festivités débuteront au siège de l’UNESCO le 27 avril avec une série de master-classes, de tables rondes et de cours d’improvisation entre autres activités liées au jazz. Le soir, l’Ambassadeur de bonne volonté de l’UNESCO, Herbie Hancock, sera la star d’un concert auquel participeront notamment Tania Maria, Gerald Clayton, Manu Katche, Michel El Malem, Dee Dee Bridgewater, Hugh Masekela, Barbara Hendricks, Lionel Loueke.

Le 30 avril, c’est à la Nouvelle-Orléans, berceau du jazz, que sera organisé un concert spécial au Congo Square, juste après le lever du soleil. Herbie Hancock, Diane Reeves, Terence Blanchard, Ellis Marsalis et Luther Gay y participeront.

Le soir du 30 avril, un autre concert aura lieu à l’Assemblée générale des Nations Unies à New York, à l’invitation de la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova. Parmi les musiciens qui joueront figurent Herbie Hancock, Dee Dee Bridgewater, Diane Reeves, Romero Lubamo, Terence Blanchard, Esperanza Spalding et Christian McBride. Ce concert sera retransmis en ligne en direct dans le monde entier et diffusé sur la radio des Nations Unies à une date ultérieure.

Pour Herbie Hancock, « le jazz continue d’être une source d’espoir et de force pour des millions de personnes et des individus dans le monde entier ont depuis longtemps proclamé leur droit fondamental à la liberté à travers la musique. La Journée internationale du jazz permettra de former et d’élever les esprits, de favoriser la créativité des jeunes dans nos petits villages et dans les villes. Il y a des années, j’ai évoqué l’avenir des musiciens du jazz se connectant partout dans le monde via Internet et les médias sociaux. Il s’agissait alors d’un rêve et je suis ravi que la Journée internationale du jazz fasse de ce rêve une réalité. Nos efforts permettront de préserver la musique et de faire en sorte que ce riche patrimoine culturel demeure une référence ».

Pour la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, « la proclamation de la Journée internationale du jazz vise à réunir des communautés, des écoles et d’autres groupes dans le monde pour célébrer et enrichir notre savoir sur l’art du jazz, ses racines et son influence et pour mettre en lumière son rôle important en tant que moyen de communication qui transcende les différences ».

Originaire du sud des Etats-Unis, le jazz trouve ses racines en Afrique. Au 20e siècle, il s’est répandu dans le monde entier, évoluant, s’adaptant et fusionnant avec différentes traditions musicales locales. Le jazz a aussi été un langage de résistance pour de nombreuses sociétés confrontées au totalitarisme. Dans de nombreux pays, il est devenu un symbole de liberté pour les dissidents.

Aujourd’hui, cette musique est devenue une forme artistique internationale qui continue d’évoluer et de s’enrichir au contact d’autres cultures. Irréductible à une seule définition, le jazz parle de nombreuses langues et est devenu une force unificatrice pour les amateurs de cette musique sans distinction de race, de religion, d’ethnie ou d’origine nationale.

La Journée internationale du jazz vise à promouvoir le dialogue interculturel dans la perspective de l’éradication des tensions raciales, de l’égalité entre les sexes et du renforcement du rôle des jeunes dans le changement social.

***

Contacts médias : Lucía Iglesias, Service de presse de l’UNESCO. Tel : +33 (0) 1 45 68 17 02, l.iglesias(at)unesco.org

Marc Sénéchal. Tel : +33 (0) 6 80 21 96 47, letouquet57@free.fr

Plus d’information




<- retour vers Actualités
Retour en haut de la page