07.04.2010 -

Débat sur le service public de radiotélévision en Croatie avec le soutien de l'UNESCO

Les questions fondamentales du rôle, de la fonction et des valeurs des radio-télédiffuseurs du service public ont été au cœur des débats de la table ronde qui s'est tenue à Zagreb, Croatie, le 12 mars 2010. Cet événement, soutenu par l'UNESCO, étaitisé à l'Université de Zagreb par le Centre de recherche en médias et communication (CIM).

Les débats ont essentiellement porté sur les difficultés et l'avenir du service public de radiotélévision en Croatie, où les médias contrôlés par l'Etat sont en pleine mutation. La restructuration interne du service public de télévision, HRT, doit tenir compte de l'impact des nouveaux médias et du renforcement du rôle de la radiotélévision publique dans la société d'aujourd'hui. La définition légale du rôle de HRT ainsi que son mode de financement et de gestion seront en effet modifiés en vertu d'une nouvelle proposition de loi, qui a été évoquée au cours de la table ronde.

 

Boris Bergant, spécialiste du service public de radiotélévision et administrateur de l'Organisation des médias du Sud-Est de l'Europe (SEEMO), a animé les débats sur les différents modèles de financement du service public de radiotélévision en Europe. Il s'est prononcé en faveur du maintien de la structure actuelle de financement mixte, qui englobe les redevances et les revenus de la publicité. Selon lui, cette formule diversifiée devrait permettre au service public de radiotélévision croate de jouir d'une indépendance accrue.

 

L'indépendance éditoriale et le professionnalisme des médias publics à l'heure des changements technologiques figuraient également à l'ordre du jour de la table ronde, à laquelle assistaient des universitaires, des dirigeants et rédacteurs en chef de chaînes de télévision publiques et commerciales, des journalistes, des professionnels des médias, des responsables politiques et des membres du groupe de travail sur la nouvelle loi relative au service public de radiotélévision. Les participants ont discuté de la commercialisation, de la gestion et du contrôle des médias ainsi que de l'influence de la société civile. Ils ont accordé une attention particulière aux questions de l'intérêt public, de la numérisation, des subventions européennes, de la diversité des programmes et de l'égalité entre les sexes.

 

La table ronde de Zagreb s'inscrit dans le cadre du suivi du projet intitulé « L'évaluation du développement des médias : application des indicateurs de développement des médias » mis en œuvre par le Centre de recherche en médias et communication de l'Université de Zagreb avec l'appui de l'UNESCO. Ce projet a déjà permis de réaliser une analyse détaiu paysage médiatique croate, analyse dont les résultats ont été présentés l'année dernière au cours d'une <a href="ev.php?URL_ID=29157&URL_DO=DO_TOPIC&URL_SECTION=201">conférence</a> également consacrée à l'application des <a href="ev.php?URL_ID=26032&URL_DO=DO_TOPIC&URL_SECTION=201">Indicateurs de développement des médias de l'UNESCO</a>.




<- retour vers Actualités
Retour en haut de la page