18.06.2013 - Communication & Information Sector

Consultation régionale en Amérique latine et aux Caraïbes sur le libre accès à l’information scientifique et à la recherche

Inauguration of the Regional Consultation on Open Access to Scientific Information and Research. © UNESCO

L’UNESCO, en partenariat avec le gouvernement de Jamaïque, l’université des Indes occidentales et la Commission nationale de la Jamaïque pour l’UNESCO, a organisé la Consultation régionale en Amérique latine et aux Caraïbes sur le libre accès à l’information scientifique et à la recherche du 5 au 8 mars 2013 à Kingston.

La Consultation a accueilli plus de 50 experts et spécialistes des politiques venant de 24 pays différents (Argentine, Bahamas, Belize, Brésil, Iles Vierges Britanniques, Chili, Costa Rica, Cuba, Dominique, République dominicaine, Equateur, Salvador, Guyane, Grenade,  Guatemala, Jamaïque, Mexique, Pérou, Suriname, Saint-Kitts-et-Nevis, Saint-Vincent-et-les-Grenadines, Saint Martin, Uruguay et Venezuela).

Julian Robinson, ministre jamaïcaine de la science, de la technologie, de l’énergie et des mines, Lisa Hanna, ministre jamaïcaine de la jeunesse et de la culture, Sandrea Falconer, ministre jamaïcaine de l’Information, et Koji Tomita, Chargé d’Affaires a.i. à l’ambassade du Japon en Jamaïque, aux Bahamas et au Belize ont apporté leur précieuse contribution à la Consultation. Arun Kashyap, coordinateur de l’équipe des pays des Nations Unies en Jamaïque et Evert Hannam, secrétaire général à la Commission nationale de la Jamaïque pour l’UNESCO, sont également intervenus. La Consultation a pu être organisée grâce au soutien généreux du Fonds-en-dépôt japonais.

L’objectif principal de cette Consultation régionale était d’expliquer en quoi l’accès libre et sans restriction à la recherche et à la communication universitaire pouvait améliorer l’impact de la recherche en général, et en quoi il était bénéfique pour les institutions, les auteurs, les éditeurs de journaux et la société dans son ensemble.

La Consultation a également examiné en quoi le contexte de libre accès dans la région pouvait contribuer à la productivité, à la visibilité et à l’accessibilité des recherches et de leurs résultats.  La Consultation s’est penchée sur les modalités de développement de mécanismes, de mandats, de cadres politiques liés au libre accès.

Elle a permis d’émettre des réflexions sur des études de cas et sur des exemples démontrant l’influence que l’accès libre avait sur l’enseignement, sur la recherche et sur le développement dans la région.

Les participants ont aussi examiné les modèles de l’UNESCO en termes de politique générale de libre accès, et ont développé un programme de travail pour la mise en place d’activités liées au libre accès dans la région. Ils ont également pu contribuer à l’établissement de zones d’intervention prioritaires afin de garantir le libre accès total dans la région et dans chaque pays.

La Consultation régionale sur le libre accès a, entre autres, atteint les objectifs suivants :

  • Permettre aux parties prenantes de définir les tendances et les défis naissants ayant trait à l’impact du libre accès sur l’acquisition et le partage d’informations scientifiques.  
  • Définir les obstacles ou les mécanismes de soutien à l’adoption de mesures pour le libre accès.
  • Analyser le contexte et l’utilité des mesures pour le libre accès, ainsi que les spécificités propres à chaque région.
  • Mieux comprendre les tendances spécifiques issues des nouvelles technologies et leurs conséquences sur le développement de l’information scientifique et le partage des recherches.
  • Aborder la question des efforts collectifs mobilisés pour le projet pour le libre accès, évaluer et apprécier les mesures qu’ils impliquent.
  • Partager les mises en application des initiatives pour le libre accès les plus efficaces dans la région et au-delà.

Les recommandations spécifiques de la Consultation ont été respectivement communiquées aux Commissions nationales pour l’UNESCO, aux délégations permanentes de l’UNESCO et aux principales organisations pour des mesures de suivi.

Le rapport complet de la Consultation est disponible en anglais et en espagnol.




<- retour vers Actualités
Retour en haut de la page