19.02.2013 - ODG

Première visite d’un Président irlandais à l’UNESCO

© UNESCO/Emilien Urbano

Le 19 février 2013, S. E. Michael D. Higgins, Président de l’Irlande, en visite à l’UNESCO, s’est exprimé devant une nombreuse assemblée de délégués permanents sur le thème : « Puiser à la même source – le rôle central de l’UNESCO dans l’édification de la paix par la reconnaissance du pouvoir de la culture ».

La Directrice générale, Irina Bokova, a présenté le Président par ces mots : « L’Irlande est l’un des chantres les plus fervents de l’UNESCO, dont elle défend l’action en vue de guider l’Éducation pour tous, l’engagement à promouvoir l’éducation aux droits de l’homme et le travail en faveur de la diversité culturelle. Mais surtout l’Irlande incarne les valeurs qui sont au cœur de l’UNESCO : l’égalité, le respect et la dignité humaine ».

Le Président Higgins a évoqué le pouvoir émancipateur qu’a la culture de construire les fondements de la paix dans un monde en profonde mutation et il a remercié l’UNESCO d’offrir aux peuples une occasion de se rassembler. Il a souligné l’importance de l’action menée par l’UNESCO non seulement pour élever les défenses de la paix, mais pour célébrer une paix acquise grâce à l’éducation pour tous, la science, la culture, la communication et l’information.

« Le monde n’est plus ce qu’il était il y a 67 ans », a déclaré le Président, « mais les questions fondamentales restent les mêmes – les droits de l’homme doivent être le pivot de tout développement ».

Le Président Higgins s’est fait l’écho de l’appel lancé par la Directrice générale à un nouvel humanisme pour guider le développement humain dans le siècle à venir et il a déclaré : « nous traversons une période de changement, mais aussi de nouvelles opportunités » – des opportunités qu’il faut saisir à bras-le-corps pour un développement inclusif et durable de toutes les sociétés. Le Président a ajouté que cela nécessitait un partage des progrès de la science et de la technologie pour le profit de toute l’humanité, de même qu’un engagement renouvelé en faveur du dialogue et du respect entre les peuples de toutes cultures, afin de donner plus de force aux opinions modérées et de promouvoir les droits de l’homme : « Il nous faut engager de façon constructive nos différents systèmes de pensée ». Cela passe en particulier par une nouvelle vision de la culture, a précisé le Président, une vision « qui sorte la culture de sa position marginale pour la ramener au cœur de la politique publique ».

« La culture, le patrimoine et la diversité sont essentiels pour relever les défis du développement durable, en mettant fin à la pauvreté et aux inégalités flagrantes », a déclaré le Président. Il a félicité l’UNESCO pour tout le travail accompli en vue de sauvegarder le patrimoine culturel, en particulier quand il est attaqué comme au Mali. Il a également souligné l’importance du prochain rapport de l’UNESCO sur l’économie créative, du futur Congrès de Hangzhou, en Chine, sur la culture et le développement ainsi que du prochain débat de l’Assemblée générale des Nations Unies sur le même thème. Pour conclure, il a rappelé à tous que la culture ne doit pas être considérée comme une marchandise – aussi grande que soit sa valeur économique en termes de revenus produits et d’emplois créés – mais comme « une expression de la mémoire et de l’imagination ».

« La culture est l’aptitude à être humain », a déclaré le Président. « La culture ne peut pas être administrée comme le seraient d’autres biens », a-t-il dit, en ajoutant « qu’il n’existe aucune contingence culturelle capable de porter atteinte à l’intégrité humaine ». 

Alors qu’il s’éloignait de l’estrade, le Président a été ovationné par l’assistance. La Directrice générale l’a remercié d’avoir partagé sa passion et la profondeur intellectuelle de ses vues. « Aujourd’hui plus que jamais, notre monde fragile a besoin de cette passion et de cette clarté de principes », a-t-elle déclaré.

« Cela est d’autant plus important pour nous maintenant, alors que l’UNESCO définit sa Stratégie à moyen terme pour les huit prochaines années. Nous devons être fiers de notre Organisation, de notre histoire, des valeurs qui nous guident et de notre capacité à relever les défis auxquels se heurtent les sociétés partout dans le monde ».




<- retour vers Actualités
Retour en haut de la page