08.08.2011 - UNESCO

Vers des principes directeurs de l’UNESCO en matière de politiques linguistiques

L’UNESCO a organisé du 30 mai au 1er juin 2011 une réunion d’experts intitulée “Pour des orientations de l’UNESCO en matière de politiques linguistiques : un instrument d’évaluation et de planification des langues”. Pour la première fois à l’UNESCO, une quarantaine d’experts internationaux travaillant dans différents domaines, comme la linguistique, l’anthropologie, l’éducation, les médias et Internet, ont participé à une réunion mixte qui avait pour objet de revoir les critères d’évaluation des risques de disparition des langues utilisés par l’UNESCO. La réunion s’est également interrogée sur comment améliorer les approches adoptées aujourd’hui pour soutenir les plus de 6 000 langues dans le monde en examinant toutes les étapes de la procédure, de l’évaluation de la vitalité au renforcement de la présence dans le cyberespace.

La réunion était organisée avec le soutien financier de l’UNESCO et de la Norvège, dans le cadre du programme de l’UNESCO d’Atlas des langues en danger dans le monde.

“Nous espérons apporter notre contribution à l’effort mené par l’UNESCO pour promouvoir le multilinguisme et protéger la diversité linguistique dans le monde, à travers l’éducation, les sciences, la culture et les technologies de la communication et de l’information (TIC) en adoptant une approche interdisciplinaire” ont déclaré les experts représentant des universités, des instituts de recherche, des organisations non gouvernementales et des entreprises privées d’une vingtaine de pays.

Les participants ont exprimé leur vive inquiétude concernant le statut fragile des langues en danger et ont insisté sur l’urgence de mettre en œuvre tous les engagements et instruments internationaux existants pour soutenir la diversité linguistique dans le monde. Ils ont suggéré de mettre à disposition des gouvernements et des communautés des outils plus efficaces et faciles à utiliser que ceux actuellement disponibles, pour leur permettre d’évaluer la santé relative ou le niveau de danger des langues dans des contextes particuliers et de planifier efficacement la maintenance et la promotion de la diversité linguistique et du multilinguisme. Selon les experts, la méthodologie d’évaluation doit être suffisamment exhaustive et souple pour fournir des données contextuelles qui permettent d’orienter au mieux les politiques linguistiques nationales. Celles-ci doivent être définies dans une perspective interdisciplinaire, en privilégiant les possibilités d’action pratique, comme l’utilisation des TIC, et en tenant compte des questions de développement socio-économique.

En conclusion de la réunion, les experts ont déclaré que “le multilinguisme ne doit pas être considéré comme un problème mais plutôt comme une solution, une ressource puissante pour la paix, la démocratie et le dialogue entre les nations”.

Toutes les ressources en rapport avec la réunion seront disponibles en ligne ici.




<- retour vers Actualités
Retour en haut de la page