12.03.2009 -

Les institutions des Nations Unies se réunissent à Washington autour de la communication pour le développement

La 11ème table ronde interinstitutions des Nations Unies sur la communication pour le développement poursuit ses débats aujourd'hui sur l'impact et le positionnement institutionnel de la communication pour le développement dans les programmes de développement internationaux. La table ronde se tient du 11 au 13 mars à Washington (Etats-Unis).

La plate-forme de partage d'information a ouvert sa session hier, 11 mars, avec la présentation par quinze participants du système des Nations Unies de leur travail dans le domaine de la communication pour le développement (C4D). Cette pratique issue de la société civile prend une importance croissante au sein des Nations Unies.

 

Dans son message de bienvenue, M. Peter Stephens, directeur de la Communication opérationnelle à la Banque mondiale, a qualifié les progrès de la communication au cours des trois dernières décennies de « réactifs, proactifs et interactifs ». Il a reconnu la nécessité de promouvoir la communication pour le développement. Avis partagé par Mme Geraldine Fraser-Moleketi, directrice de pratique de la gouvernance démocratique au PNUD, qui a souligné que la C4D est fondamentale pour la démocratie participative et la gouvernance démocratique.

 

Mme Suzanne Bilello, chargée de liaison à l'UNESCO, a pris la parole au nom du sous-directeur général de l'UNESCO pour la communication et l'information, rappelant que les citoyens doivent être libres "de chercher, de recevoir et de répandre les informations et les idées" pour exercer leur droit à la liberté d'opinion et d'expression. "La parole en tant que facteur de développement dépend d'un cadre sociétal plus large, qui dépasse le niveau communautaire et local", a ajouté Mme Bilello.

 

Les participants se sont centrés sur la définition des problèmes liés à deux questions majeures : le suivi et l'évaluation, et l'institutionnalisation de la C4D au sein du système des Nations Unies. Les participants ont poursuivi les débats en proposant des recommandations concernant les décisions qui devront être prises au cours du cycle biennal de la table ronde.

 

Co-organisée par la Banque mondiale et le PNUD, la réunion de trois jours accueille 50 participants. La dernière journée est réservée aux responsables de la coordination C4D des Nations Unies.




<- retour vers Actualités
Retour en haut de la page