21.09.2013 - UNESCOPRESS

Une commission des Nations Unies sur le haut-débit annonce les données pays par pays sur l’accès au haut-débit dans le monde

Le haut-débit passe au sans-fil mais les pays pauvres sont laissés de côté

L’accès mobile à Internet est la technologie connaissant la croissance la plus rapide de l’histoire humaine d’après l’édition 2013 du rapport sur L’état de du haut-débit.

Lancé à New York à l’occasion de la 8e réunion de la Commission sur le haut-débit pour le développement numérique, le rapport révèle que les abonnements à une connexion haut-débit sur téléphones portables -qui permet aux utilisateurs d’avoir accès à Internet sur leurs téléphones, leurs tablettes, et ordinateurs portables- connaissent un taux de croissance de 30% par an. D’ici la fin de l’année 2013, on comptera trois fois plus de connexions au haut-débit pour téléphone portable que d’abonnements à une connexion haut-débit fixe.

Le rapport sur L’état du haut-débit fournit un instantané unique en présentant des données pays par pays qui permettent de mesurer l’accès au haut-débit grâce aux quatre objectifs clés établis par les 60 membres de la Commission sur le haut-débit en 2011.

La République de Corée reste en tête avec un taux de pénétration du haut-débit par ménage de 97%, le plus élevé au monde. La Suisse quant à elle détient le record mondial par habitant pour les abonnements au haut-débit fixe avec un taux de 40%. A titre de comparaison, les Etats-Unis se placent au 24e rang en termes de pénétration du haut-débit dans les ménages et au 20e rang pour les abonnements au haut-débit fixe par habitant, juste derrière la Finlande et devant le Japon.

En termes d’utilisation de l’internet, on compte désormais plus de 70 pays où plus de 50% de la population est connectée. Les dix pays en tête pour l’utilisation d’internet sont tous situés en Europe, à l’exception de la Nouvelle-Zélande (8e) et du Qatar (10e).

« Le développement mondial du haut-débit peut permettre d’accroître les possibilités d’apprentissage, faciliter l’échange d’informations et ouvrir l’accès aux contenus différents sur les plans linguistique et culturel », a déclaré la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, qui partage la vice-présidence de la Commission avec le Secrétaire général de l’UIT, le Dr. Hamadoun I. Touré. « Il peut élargir l’accès à l’apprentissage, améliorer sa qualité et autonomiser les hommes et les femmes, les filles et les garçons, en créant de nouvelles compétences et de nouvelles opportunités. Mais cela ne se produira pas tout seul, il faut donner un cap, planifier et agir ».

« La nouvelle analyse contenue dans le rapport de cette année montre les progrès réalisés en matière d’accès au haut-débit mais nous ne devons pas perdre de vue ceux qui sont laissés de côté », a déclaré le Secrétaire général de l’UIT, le Dr. Hamadoun I.Touré. « Alors que le nombre de personnes connectées ne cesse d’augmenter, plus de 90% des personnes vivant dans les 49 pays les moins développés ne disposent d’aucune connexion. Internet, et notamment l’Internet haut-débit, est devenu un outil clé du développement social et économique. Il doit être hissé au rang de priorité, y compris dans les pays les plus pauvres. La technologie, associée à des contenus et des services adaptés, peut aider à combler les lacunes de développement dans des domaines comme la santé, l’éducation, l’environnement et l’autonomisation des femmes ».

   Pour la première fois, le rapport sur L’Etat du haut-débit identifie un nouvel objectif relatif à « l’égalité des genres dans l’accès au haut-débit d’ici 2020 », qui a été établi par la Commission lors de sa réunion en mars à Mexico. Les chiffres de l’UIT confirment qu’à l’échelle mondiale, les femmes sont moins susceptibles d’avoir accès à la technologie. Si les disparités sont relativement faibles dans les pays développés, l’écart se creuse considérablement lorsque les niveaux de revenu moyen baissent.

Un rapport séparé du groupe de travail de la Commission sur le genre, dirigé par l’administratrice du PNUD Helen Clark, a par ailleurs été rendu public lors de la réunion qui s’est tenue aujourd’hui.

La réunion, composée de plus de 50 membres de la Commission, a accueilli des invités notamment le ministre nigérian des technologies de la communication, Omobola Johnson ; la Directrice exécutive de l’ONU femmes, Phumzile Miambo-Ngcuka ; l’actrice et militante Geena Davis, et l’Envoyé spécial des Nations Unies pour la jeunesse, Ahmad Alhindawi.

Parmi les autres temps forts de la journée figurent également la présentation par Hamadoun I. Touré de la Déclaration des jeunes rédigée à partir des contributions de 500 jeunes lors du Sommet de la jeunesse de l’UIT qui s’est tenu au Costa Rica (9-11 septembre) à l’invitation de la Présidente Laura Chinchilla. Un nouveau rapport du groupe de travail sur l’agenda du développement post-2015 et l’avenir des objectifs de développement durable, dirigé par le PDG d’Ericsson Hans Vestberg, a par ailleurs souligné la nécessité de faire des nouvelles technologies la pierre angulaire de l’agenda du développement mondial.

Le rapport sur L’état du haut-débit 2013, dont c’est la deuxième édition, est rendu public chaque année en septembre à New York. Il s’agit du seul rapport présentant des données pays par pays sur l’accès de plus de 160 pays dans le monde. 

Contacts :

A New York:

Gary Fowlie

Chef du bureau du liaison de l’UIT

E-mail: gary.fowlie(at)itu.int

Tel : +1 917 367 2992
Portable: +1 917 679 5254

A Genève :

Paul Conneally

Chef de la promotion des communications et des partenariats

E-mail: paul.conneally(at)itu.int

Tel: +41 22 730 5601

Portable: +41 79 592 5668

 

A propos de l’UNESCO

L’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture s’emploie à favoriser le pouvoir du savoir et de l’information, notamment grâce aux nouvelles technologies de l’information et de la communication (TIC) en vue de transformer les économies, créer des sociétés du savoir inclusives, autonomiser les communautés locales en favorisant l’accès au partage de l’information et du savoir dans tous les secteurs du mandat de l’UNESCO. Pour l’UNESCO, de telles sociétés du savoir doivent être bâties sur quatre piliers : la liberté d’expression, l’accès universel à l’information et au savoir, le respect de la diversité culturelle et linguistique et la qualité de l’éducation pour tous. www.unesco.org

A propos de l’UIT

L'UIT est l’institution spécialisée des Nations Unies pour les technologies de l’information et de la communication.  Depuis 150 ans, elle coordonne la gestion des fréquences radioélectriques, promeut la coopération internationale dans le domaine des orbites de satellites, œuvre pour l’amélioration de l’infrastructure des télécommunications dans les pays en développement, et établit des normes mondiales pour favoriser l’interconnexion d’une vaste gamme de systèmes de communication.  De l’Internet haut-débit aux technologies sans fil de dernière génération ; de la navigation aéronautique et maritime à la radioastronomie et à la météorologie par satellite ; de la convergence des réseaux mobiles, Internet, de transfert de données, et de radiodiffusion télévisuelle et sonore aux réseaux de prochaine génération : l’UIT est fermement résolue à connecter le monde. www.itu.int

 

 




<- retour vers Actualités
Retour en haut de la page