14.05.2008 -

Le Secrétaire général des Nations Unies souligne l'importance d'élargir à tous l'accès aux technologies de l'information et des communications

M. Ban Ki-moon, Secrétaire général des Nations Unies, souligne l'importance d'élargir à tous l'accès aux technologies de l'information et des communications dans un message adressé à l'occasion de la Journée mondiale des télécommunications et de la société de l'information, le 17 mai 2008.

Depuis ses tout débuts, la télégraphie, qui signifie étymologiquement « écrire à distance » n'a cessé d'évoluer. La possibilité de transmettre rapidement des informations importantes sur de grandes distances, en nous affranchissant du temps et de l'espace, nous a permis de mener un nombre considérable de nouvelles activités: envoyer des messages personnels, effectuer des opérations financières complexes ou traiter de questions aussi graves que la guerre et la paix, pour n'en citer que quelques-uns. La Journée mondiale des télécommunications et de la société de l'information est l'occasion de rappeler le rôle catalyseur et novateur que jouent les communications et l'information dans les sociétés et le besoin universellement répandu de communiquer et de coopérer par-delà les frontières.

 

Elle marque également l'anniversaire de la fondation de l'Union internationale des télécommunications, en 1865. Déjà à cette époque, l'idée de transmettre des signaux électriques au moyen de fils métalliques avait donné naissance à quantité de technologies concurrentes. L'UIT a été créée pour répondre au besoin croissant de normes internationales. Dès le début, elle a joué un rôle clef dans le rapprochement des peuples, défi qui reste d'actualité avec l'avènement des téléphones portables de la troisième génération et des technologies à large bande.

 

Force est toutefois de constater que l'accès aux technologies des communications n'est pas universel et que tous ne profitent pas également de leurs avantages. Le Sommet mondial sur la société de l'information, qui s'est tenu à Genève en 2003 et à Tunis en 2005, a fait le lien entre les technologies de l'information et des communications (TIC) et le développement humain et appelé les États Membres à édifier une société de l'information ouverte à tous et axée sur l'être humain et le développement, grâce au partage de l'information et des connaissances.

 

Le Sommet a par ailleurs instamment prié les États Membres de tenir compte des besoins particuliers des personnes handicapées et des autres groupes vulnérables. Le thème de la Journée de 2008, « Connecter les personnes handicapées », souligne combien il importe d'élargir l'accès des équipements et des services de communication et d'information à ces personnes pour répondre à leurs besoins. On estime à 650 millions le nombre de personnes handicapées dans le monde. Avec leur famille, cela représente près de 2 milliards de personnes qui doivent faire face à un handicap, soit près du tiers de la population mondiale. Il importe de se rappeler que n'importe qui peut se retrouver un jour handicapé.

 

Nous devons absolument modifier notre attitude face aux personnes handicapées, faire en sorte que leurs libertés et leurs droits fondamentaux, notamment le droit de participer pleinement à la société de l'information, soient respectés et valoriser leur contribution et leurs idées.

 

C'est là un défi de taille mais nous devons trouver des solutions novatrices, notamment mettre au point de nouvelles technologies d'assistance et faciliter l'élargissement de l'accès aux TIC. J'invite instamment les responsables politiques et les chefs d'entreprise à accélérer la recherche scientifique et technique destinée à mettre au point des technologies à l'usage de tous et accessibles à tous.

 

En ce jour, engageons-nous à observer les principes directeurs de la Convention relative aux droits des personnes handicapées et à faire en sorte, tous ensemble, que chacun de nous ait les mêmes possibilités de communiquer et de s'informer aujourd'hui et demain.




<- retour vers Actualités
Retour en haut de la page