12.05.2009 -

L'UNESCO et la MANUA : la liberté de la presse doit être respectée en Afghanistan

La Journée mondiale de la liberté de la presse a été célébrée en Afghanistan en signe de soutien, alors que l'état de la liberté d'expression reste très fragile dans le pays. Afin de marquer l'événement, l'UNESCO en étroite collaboration avec la MANUA, le gouvernement afghan, la société civile et les journalistes avait organisé une journée de rencontre. Tout en reconnaissant les efforts faits jusqu'à présent dans le secteur des médias, les participants ont appelé à redoubler d'efforts pour assurer le respect de la liberté de la presse.

Les journalistes afghans sont confrontés quotidiennement à des problèmes qui érodent la liberté de la presse. Menaces, intimidations, arrestations, continuent à mettre en danger les journalistes et d'autres professionnels des médias. Lors de son intervention pendant la réunion, le ministre afghan de la Culture et de l'Information, M. Abdul Karim Khorram, a reconnu les obstacles à surmonter pour que la liberté de la presse soit une réalité. Il a remercié la communauté internationale, et en particulier l'UNESCO, du soutien apporté au gouvernement afghan pour jeter les bases de la liberté d'expression dans le pays.

 

Shigeru Aoyagi, Directeur du Bureau de l'UNESCO à Kaboul, a lu le message délivré par le Directeur général de l'UNESCO, Koïchiro Matsuura, à l'occasion de cette importante journée internationale. "Les médias sont des véhicules permettant la circulation d'une pluralité d'opinions et de voix différentes, ce qui rend possible l'exercice de la citoyenneté par la participation, la critique et le vote. Les citoyens informés peuvent participer aux processus de prise de décision de manière plus efficace et active", a déclaré M. Aoyagi.

 

Shigeru Aoyagi a également participé avec Alim Seddiqi, Porte-parole de la MANUA, à une conférence de presse, où les deux hommes ont répondu à des questions portant sur la liberté de la presse et le secteur des médias en Afghanistan.

 

L'UNESCO et la MANUA exhortent le gouvernement afghan, les candidats aux élections, les organisations des médias et les citoyens à s'unir pour protéger la liberté de la presse et mettre en application le plus rapidement possible la Déclaration de Kaboul sur la liberté d'expression en Afghanistan. Rappelant que la sécurité des journalistes est fondamentale pour qu'ils puissent travailler librement, les deux Organisations ont encouragé les mesures prises par le gouvernement afghan pour protéger et soutenir les journalistes pendant la période électorale.

 

La célébration de la Journée mondiale de la liberté de la presse s'est conclue par la réunion d'un groupe de travail qui a analysé la situation actuelle des médias, les résultats obtenus et les problèmes à résoudre. Les participants ont fait des suggestions pour renforcer le secteur. Ils ont également examiné le rôle des médias pour développer le dialogue en tant que moyen d'autonomisation des citoyens.




<- retour vers Actualités
Retour en haut de la page