20.10.2011 - UNESCO

L’UNESCO et l’Association UNESCO d’Igualada réunissent les producteurs indépendants

Participants au séminaire - © UNESCO

Une trentaine de participants venus de 23 pays des cinq continents se sont retrouvés à Igualada pour une rencontre exceptionnelle et enrichissante de diverses cultures dans le cadre de la production indépendante de contenu audiovisuel. C’est en quelque sorte un « creuset du monde qui s’est donné rendez-vous à Igualada ». L’UNESCO a invité les participants à « remplir mais aussi à puiser dans le creuset des cultures, des connaissances et des expériences que le séminaire international a rendu possible ».

Pour tenir la priorité de l’UNESCO concernant l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes, la moitié des participants étaient des participantes. La réunion était organisée dans le cadre de la plate-forme audiovisuelle de l’UNESCO.

Pendant trois jours, les participants ont suivi une formation intensive et interactive dans les domaines suivants :

  • innovation du contenu audiovisuel et application des nouvelles technologies à la réalisation audiovisuelle ;
  • gestion d’entreprise et techniques de marketing ;
  • financement et distribution ;
  • animation et mise en réseau des producteurs indépendants ;
  • styles cinématographique des longs métrages, notamment dans les productions pour la télévision et les nouveaux médias.

Des séances de projection étaient organisées entre les 14 séances de formation et à la fin de chaque journée, se prolongeant jusque tard dans la nuit. C’est en particulier pendant ces séances de projection que la dynamique entre les participants s’exprimait pleinement, leurs différences et leurs ressemblances culturelles s’accordant à l’unisson sans discrimination raciale, sexuelle ou religieuse. Comme si un tambour disait à un piano « je suis heureux que tu sois un piano », ou une trompette à un violon « je suis heureux que tu sois un violon, ensemble nous pouvons faire de la bonne musique ».

C’est une des grandes réussites de la formation. Les participants ont créé de fortes synergies entre eux : tous sont conscients que la coopération et le dialogue interculturel sont plus que jamais essentiels et que la production indépendante de contenu audiovisuel est un conduit vital alimenté par les nouvelles technologies et les nouveaux médias. Un des animateurs, Pierre Duret de l’Union européenne de radiotélévision, a fait remarquer que les « diffuseurs avaient plus que jamais besoin de producteurs indépendants ».

Dans son intervention, Katalin Barsony de la Fondation Romedia a fait un vibrant plaidoyer sur la production audiovisuelle au service de l’entente multiculturelle. Elle a pris comme exemple le peuple auquel elle appartient, les Roms, pour mettre en lumière le pouvoir que peut avoir la création audiovisuelle « pour faire bouger le statu quo socio-politique et inverser la tendance en ce qui concerne la sous-représentation des groupes minoritaires dans les médias classiques ». « Quand nous nous adressons à notre public, il est de notre devoir de militants d’ouvrir une brèche dans le mur des stéréotypes et de tenter d’amener un changement social en nous servant d’outils audiovisuels de qualité, qui informent en “séduisant” », a expliqué Katalin.

Les participants étaient vraiment heureux de la formation et de la richesse des échanges, avec les formateurs mais aussi avec leurs confrères. Ils ont fait le vœu que le séminaire soit le point de départ d’autres activités, d’un travail collaboratif et de débats constructifs. La création du premier réseau international de producteurs indépendants est envisagée.

Les participants étaient originaires des pays suivants : Afrique du Sud, Algérie, Argentine, Barbades, Burkina Faso, Cameroun, Canada, Colombie, Egypte, Espagne, Ethiopie, Iraq, Italie, Hongrie, Kenya, Liban, Mongolie, Philippines, Royaume-Uni, Sénégal, Serbie, Suisse et Tunisie.

L’UNESCO remercie tous ses partenaires sans qui le séminaire n’aurait pu avoir lieu : l’Association UNESCO d’Igualada, la Conférence internationale des télévisions de service public (INPUT), l’Union européenne de radiotélévision (UER), la Conférence permanente de l’audiovisuel méditerranéen (COPEAM), la Banque d’images de l’Afrique centrale (BIMAC), la Big FISH School of Digital Film Making, Lola Kenya Screens, la Fondation Romedia et tous les intervenants.

Le projet de plate-forme audiovisuelle a été lancé par l’UNESCO en 2004, afin de soutenir l’échange international de contenu audiovisuel créatif, notamment dans le domaine du développement, et de promouvoir la production audiovisuelle comme instrument d’expression culturelle et de dialogue interculturel. La plate-forme facilite également les échanges entre professionnels de l’audiovisuel. Si vous êtes producteur indépendant, diffuseur, directeur, réalisateur ou organisateur de festival de films, la plate-forme audiovisuelle sera pour vous un outil précieux.

Le projet est le fruit d’un partenariat entre le gouvernement espagnol et l’Association UNESCO d’Igualada.

Rendez-vous sur la plate-forme audiovisuelle à l’adresse creativecontent.unesco.org. Vous pouvez juste visiter le site ou vous inscrire pour devenir membre, ce qui vous donne accès à plus de fonctionnalités. Vous pouvez créer un catalogue audiovisuel d’un simple clic sur ce lien, pour mettre en ligne et gérer vos productions.




<- retour vers Actualités
Retour en haut de la page