05.04.2012 - UNESCOPRESS

La Directrice générale de l’UNESCO condamne le meurtre de trois journalistes en Syrie

La Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a condamné aujourd’hui le meurtre de deux journalistes indépendants britanniques, Naseem Intriri et Walid Bledi, tués le 26 mars lors d’une attaque dans la ville syrienne de Darkoush, à proximité de la frontière turque. Elle a également déploré le meurtre du photographe kurde syrien, Jawan Mohammed Qatna, tué le 26 mars au cours d’un incident distinct à Derbassiyeh, dans l’est du pays. Elle a exhorté les autorités syriennes à faire en sorte que les journalistes qui couvrent le conflit en Syrie puissent travailler en toute sécurité.

« Le meurtres de Naseem Intriri, Walid Bledi et Jawan Mohammed Qatna illustrent le prix terrible et inacceptable que paient les journalistes pour mener à bien leur mission en Syrie », a déclaré la Directrice générale. « J’appelle les autorités syriennes à ordonner une enquête sur ces crimes et à traduire leurs auteurs en justice. Je suis profondément préoccupée par le nombre de journalistes tués en Syrie depuis le début du conflit. Les professionnels des médias qui couvrent ces événements doivent pouvoir exercer leur métier sans craindre pour leur vie. Il en va de la liberté d’expression qui un droit humain fondamental et la pierre angulaire de toute société démocratique ».

D’après les informations recueillies par le Comité pour la protection des journalistes (CPJ), Naseem Intriri et Walid Bledi, deux journalistes britanniques d’origine algérienne, étaient en train de réaliser un documentaire sur les citoyens syriens qui fuient le conflit et tentent de passer la frontière turque.

Jawan Mohammed Qatna, 22 ans, était photographe pour le Comité de coordination de libération de Derbassiyeh et couvrait régulièrement les manifestations dans cette région. D’après l’ONG Reporters sans frontières, il a été enlevé le 26 mars à son domicile par quatre inconnus. Son corps, qui porte des traces de tortures, a été retrouvé trois heures plus tard dans un village proche de Derbassiyeh.

La mort de ces trois journalistes porte à neuf le nombre de journalistes et de professionnels des médias tués en Syrie depuis le 20 novembre 2011 recensés par l’UNESCO sur la page dédiée au Mémorial des journalistes assassinés. 

****

Contact médias : Sylvie Coudray, +33 (0) 1 45 68 42 12.

 

L’UNESCO est l’agence des Nations Unies dont la mission consiste à défendre la liberté d’expression et la liberté de la presse. En vertu de l’Article premier de son Acte constitutif, l’Organisation est tenue « d’assurer le respect universel de la justice, de la loi, des droits de l’homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinction de race, de sexe, de langue, ou de religion, que la Charte des Nations Unies reconnaît à tous les peuples ». À cette fin, elle « favorise la connaissance et la compréhension mutuelle des nations en prêtant son concours aux organes d’information des masses ; elle recommande, à cet effet, tels accords internationaux qu’elle juge utiles pour faciliter la libre circulation des idées, par le mot et par l’image ».

 




<- retour vers Actualités
Retour en haut de la page