05.05.2011 -

Les journalistes et les partenaires du développement des médias invités à célébrer la Journée mondiale de la liberté de la presse 2011 à Tunis

La Journée mondiale de la liberté de la presse en Afrique du Nord était célébrée cette année le 3 mai au centre culturel El Menzah de Tunis, sous le thème "Les médias du XXIe siècle au service de la démocratie". Les commémorations ont réuni de nombreux partenaires des médias, la radiotélévision nationale, des blogueurs et des cybermilitants, des représentants du gouvernement de transition et des comités sur la réforme des médias, les organisations des Nations Unies et les agences de coopération bilatérale.

Cette année, qui marque le vingtième anniversaire de la proclamation de la Journée mondiale de la liberté de la presse, les médias tunisiens ont connu un changement radical, passant d'un système entièrement centralisé et soumis à la censure à la pleine jouissance de la liberté d'information et d'expression. En dépit du contrôle draconien et du mécanisme de filtrage mis en place par l'Agence tunisienne d'Internet (ATI), près de 2 millions de Tunisiens (environ un cinquième de la population) avaient un compte Facebook et le taux de pénétration d'Internet était de 50 pour cent, le chiffre le plus élevé dans le monde arabe. Certains commentateurs parlent même d'une "victoire Facebook" et d'une "révolution Twitter", en raison de l'utilisation extensive des médias sociaux par un groupe de jeunes internautes et blogueurs, qui ont rapporté les exactions des forces de sécurité et dénoncé les abus du gouvernement pendant les manifestations de janvier 2011.

 

Dans ce contexte, la commémoration de la Journée mondiale de la liberté de la presse à Tunis était l'occasion de réfléchir aux défis et aux opportunités que présentent les nouveaux médias et les nouvelles formes d'expression en ligne (Facebook, Twitter, blogs, etc.) pour la reconstruction du pays et l'instauration de la démocratie. Les participants ont également examiné les cadres juridiques à mettre en place pour garantir la sécurité des journalistes et des blogueurs, et protéger la liberté d'expression à l'ère des communications numériques.

 

La Journée mondiale de la liberté de la presse est célébrée tous les ans partout dans le monde pour rappeler les principes fondamentaux de la liberté d'expression et rendre hommage aux journalistes qui sont morts dans l'exercice de leur métier. Une pensée spéciale est allée au photographe français Lucas Mebrouk Dolega, qui est décédé le 17 janvier à Tunis après avoir été blessé au cours d'une manifestation.

 

Les commémorations étaient organisées en partenariat avec le Syndicat national des journalistes tunisiens, le Système de Nations Unies en Tunisie et la Commission nationale tunisienne pour l'UNESCO. Tous les journalistes et les partenaires du développement des médias étaient invités à participer à l'événement, qui comptait avec la présence de personnalités telles que le directeur de l'édition espagnole du Monde diplomatique, Ignacio Ramonet, qui vient de publier un essai intitulé L'Explosion du journalisme. Des médias de masse à la masse de médias, mais aussi des chercheurs et des experts internationaux travaillant sur la cyber-révolution dans le monde arabe.




<- retour vers Actualités
Retour en haut de la page